Chargement...
Chargement...

Le chien : histoire d'un objet de compagnie

Auteur : Victoria Vanneau


Un coup de coeur de Mollat

Il peut paraître incongru d'écrire sur une histoire du chien et pourtant, dès le sous-titre de son livre, Victoria Vanneau attise notre curiosité : Le Chien, histoire d'un objet de compagnie.

Pour quelles raisons le mot « objet » est-il employé pour désigner un être vivant ?

Depuis l'Antiquité, théologiens, philosophes, juristes débâtent autour de ce quadrupède canin qui nous est si familier aujourd'hui. Son acceptation au sein de la société fut longue, difficile et longtemps douloureuse pour lui à qui l'on n'attribuait aucune aptitude à penser, ressentir, une absence d'âme qui le condamnait fermement à n'être qu'un animal-machine.

Napoléon et son code civil lui donnèrent un statut quelque peu différent : en 1804, le chien est considéré comme un bien, victime de la notion de droit à la propriété au bon vouloir de son maître, il est objet et non sujet de droit…

Il faudra attendre le général Grammont et la loi du même nom le 2 juillet 1850 pour reconnaître au chien sa sensibilité. Le XXe siècle et particulièrement la Ve République établiront des lois qui ne cesseront d'améliorer son statut et viseront à reconnaître qu'il peut être à la fois un animal de compagnie et un animal utile sans pour autant que cette seconde possibilité permettent l'intolérable.

A travers ce sujet atypique, merveilleusement bien traité par l'auteur, se dessinent les contours peu flatteurs d'une forte tendance à l'anthropocentrisme. La relation complexe qui unit l'homme et le chien en dit long sur les structures de nos sociétés, qu'elles soient d'ordre moral, économique, politique ou juridique. L'on perçoit dans ce texte l'évolution des mœurs, de la pensée, de la sensibilité d'une société sans cesse en mutation.
16,00 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
epub
11,99 €
Protection: Adobe DRM
Acheter en numérique

Résumé

Au gré des civilisations, le chien a pris une place affective de choix dans le coeur des maîtres, comblant les frustrations de la vie, meublant une solitude ou accompagnant des moments de la vie de famille. Pourtant, depuis le Code civil, le chien est considéré comme un objet, un bien mobilier dont le propriétaire peut disposer à sa guise. Ce livre montre l'évolution de son statut au fil des ans. ©Electre 2020

Une histoire vivante, dont les objets sont les personnages inattendus. Le chien Meilleur ami de l'homme, machine à aimer, bébé de la famille dont on se dispute le droit de garde ou de visite : de qui parle-t-on ? Du chien bien sûr ! Pourtant, dans le droit français, il n'a d'autre statut que celui d'une chose. Depuis le Code civil de 1804, le canis familiaris est un bien mobilier, au même titre qu'une table. Voici le récit tumultueux de la place et du rôle donnés à cette boule de poils préférée des Français. Les philosophes de l'Antiquité ont ouvert la question de l'âme des animaux ; ceux du XVIIe siècle tel Descartes ont rangé le chien du côté des machines ; au XIXe, les juristes, en le classant comme une chose, ont ouvert une vaste querelle, dont l'enjeu est aujourd'hui la reconnaissance d'une « personne animale ». Du chien de Montargis, Verbaux, qui a triomphé en combat singulier de l'assassin de son maître au XIVe siècle, à Laïka qui voyagea dans l'espace en 1957, découvrons la singulière histoire d'un objet de compagnie.

Contenus Mollat en relation

Vidéos

Chargement...

Sélections de livres

Chargement...

Dossiers

Chargement...

Fiche Technique

Paru le : 05/02/2014

Thématique : Philosophie des sciences - Généralites

Auteur(s) : Auteur : Victoria Vanneau

Éditeur(s) : Autrement

Collection(s) : Leçons de choses

Contributeur(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7467-3275-0

EAN13 : 9782746732759

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 213

Hauteur : 21 cm / Largeur : 13 cm

Épaisseur : 1,5 cm

Poids : 210 g