Chargement...
Chargement...

La nature humaine, une illusion occidentale : réflexions sur l'histoire des concepts de hiérarchie et d'égalité, sur la sublimation de l'anarchie en Occident, et essais de comparaison avec d'autres conceptions de la condition humaine

Auteur : Marshall David Sahlins

Paru le : 23/04/2009
Éditeur(s) : Eclat
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Terra cognita
Contributeur(s) : Traducteur : Olivier Renaut

Un coup de coeur de Mollat

Marshall Sahlins est un anthropologue américain spécialiste des sociétés polynésiennes et de l'économie primitive. Ses analyses se fondent sur le constat d'une opposition entre un phénomène culturel utilitariste présent chez les sociétés occidentales et un processus naturel propre aux peuples primitifs.
Dans son dernier essai La Nature humaine, une illusion occidentale, il recense les multiples distinctions étudiées entre le nomos (la culture) et la physis (la nature). De l'Antiquité à aujourd'hui la nature humaine est un sujet crucial sur le lien qui unit l'Homme au monde. Comment la définir ? Comment la justifier ?

La conclusion des diverses théories élaborées par Aristote, Hobbes, Saint Augustin ou encore Thomas d'Aquin, révéla bien souvent un état de nature aux penchants égoïstes, cupides et ambitieux. L'apparition de l'État en tant qu'institution (souveraine ou égalitaire) a défini le poids de la culture et son influence sur la nature humaine. « Ce qui a condamné le concept de culture dans la tradition occidentale c'est que […] la vérité de la culture n'est pas la vérité de la nature. » La culture est un artifice qui légitime alors la nature humaine, elle déresponsabilise les hommes face à tout conflit moral.

Sahlins nous propose alors de dépasser notre ethnocentrisme pour observer les autres types de civilisations. À travers différentes études menées auprès des peuples dits primitifs (les Chewong de Malaisie, les Maori de Nouvelle-Zélande…), il constate une inversion totale de la perception de la nature et de la culture. Selon eux la physis est la source du nomos, c'est elle qui nous détermine. Il en conclut alors que « la civilisation occidentale est construite sur une vision pervertie et erronée de la nature humaine », la vie humaine est déterminée par les schémas culturels qui l'entourent. L'Homme est l'unique responsable de sa nature, la culture est le bien-fondé de l'humanité.
10,20 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
Un texte court, enrichissant sur ce sujet universel qu'est la nature humaine. À découvrir avec plaisir.

Résumé

Dans cet essai, l'auteur rejette le déterminisme génétique et le postmodernisme qui prétendent expliquer la culture par une disposition innée de l'homme à rechercher son intérêt personnel dans un milieu compétitif. Il illustre ses propos en exposant les liens qui unissent les thèses politiques de Hobbes à celles de Thucydide et de John Adams sur la nature humaine, la hiérarchie et l'égalité. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Voici venu le temps de nous apitoyer sur notre misérable sort. Depuis deux millénaires, nous avons toujours été hantés par le spectre de notre propre nature : une nature humaine si cupide et si violente qu'elle livrerait la société à l'anarchie si on ne la soumettait pas à quelque gouvernement. Cet ouvrage montre qu'il s'agit d'une conception typiquement occidentale, où l'opposition entre nature et culture est perçue comme le fondement de notre propre tradition (et de nos propres sciences sociales) et de notre différence par rapport à tous ceux qui considèrent que les bêtes sont fondamentalement humaines, et non que les hommes sont fondamentalement des bêtes. Et ces derniers ont raison, du moins au sens où l'espèce humaine moderne, l'homo sapiens, est apparue il y a relativement peu de temps dans une histoire culturelle humaine beaucoup plus ancienne. La paléontologie nous l'apprend : nous sommes des animaux de culture ; notre patrimoine biologique, c'est de créer des symboles. Croire que nous sommes à la merci de nos penchants animaux est une illusion qui s'enracine aussi dans la culture.

Contenus Mollat en relation

Fiche Technique

Paru le : 23/04/2009

Thématique : Anthropologie

Auteur(s) : Auteur : Marshall David Sahlins

Éditeur(s) : Eclat

Collection(s) : Terra cognita

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-84162-184-7

EAN13 : 9782841621842

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 110

Hauteur : 18 cm / Largeur : 12 cm

Épaisseur : 0,9 cm

Poids : 97 g