Chargement...
Chargement...

Personne, droit, existence

Auteur : Jean-Marc Trigeaud

Paru le : 04/11/2009
Éditeur(s) : Bière
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

Un coup de coeur de Mollat

« De l'urgence de philosopher »… ou comment mettre le droit et la philosophie au service de l'homme. Avec Jean-Marc Trigeaud, on est très loin de ces pseudo-penseurs aux ordres du prince, des salons mondains ou de la dictature des médias et de la finance.
Comme tous les chercheurs authentiques, il n'est jamais inféodé aux modes ni à la pensée unique. Spécialiste du droit des biens et du patrimoine, devenu passionné du droit de la personne, sa philosophie est évolutive, dans une acception scientifique, mais intimement liée à la condition humaine. Sa quête de la définition de la personne a pour corollaire la construction des droits de l'homme.

La dérive historique était déjà consommée avec la révolution bourgeoise de 1789, poursuivie avec toutes les philosophies positivistes, « l'air du temps » de 1968 et la relativisation contemporaine de toute pensée et action humaine : La « personne » n'existe que liée à sa capacité de posséder ou d'être incluse dans un champ historique, culturel ou, pour le moins, rationnel, définition dans laquelle s'engouffrent les juristes pour parler de personnalité juridique, de personne morale, les économistes pour imposer l'adaptabilité …et, au bout de la chaîne, les politiques pour inventer la relativité culturelle des droits de l'homme…
Ce qui explique, par exemple, le silence assourdissant de nos pseudo-penseurs face à Srebrenica., le Cambodge, Tien-Anmen …

Pour Jean-Marc Trigeaud, au contraire, « par son essence... la personne dépasse elle-même en l'homme toute nature rationalisable ». Notons, au passage, que cette « Personnéité » confère à l'homme une liberté mais surtout une dignité qui interdit précisément la relativisation des droits de l'Homme ; mieux, elle en permet l'élaboration. Cette « personne » est pourtant objectivement au milieu d'un ensemble sensible, rationnel, ce qui permet de parler « d'universel singulier ».

Une approche philosophique donc mais aussi historique et métaphysique, passionnante par sa rigueur scientifique. A lire sans modération !
34,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Après un rappel sur les origines juridiques et mythologiques gréco-romaines du concept occidental de personne, J.-M. Trigeaud compare la notion d'individualité et de personnalité, porte un regard sur la signification et l'évolution de la propriété en droit civil français et étudie les droits de l'homme depuis 1968. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Une nouvelle « bonne conscience » ironise sur les droits de l'homme. Elle invoque la pluralité des cultures. Elle flatte une notion de nature de l'homme unilatérale dans sa tendance à dominer sur tout autre. Or sans doute oublie-t-elle le dénominateur commun de la personne, du sujet nu, sans qualificatif. La personne, dont cet ouvrage reprend la genèse métaphysique et juridique occidentale, ne tire pas sa dignité d'un quelconque processus de reconnaissance matérialiste qui la ferait dépendre de sa production ou de son travail. Elle est nativement digne par sa simple existence. C'est dans le fait d'exister qu'elle affirme sa liberté, comme seul fondement possible de sa responsabilité, et comme source de sa vocation au partage des droits. La réflexion critique n'en est que plus nécessaire face à une accablante indifférence aux injustices sociales relevant de la compétence du juriste et qu'entretiennent diverses conceptions préoccupées d'« éthique » et invoquant sans cesse les thèses dites « jusnaturalistes » ou « positivistes ». Car elles préfèrent la précarité à la stabilité, le changement à l'immutabilité, la fragmentation particulariste à l'unité des contraires. Et l'euphémisme d'une crise économique et financière (comme celle de la révolution technique de jadis) leur offre l'occasion de ressusciter l'obscurantisme le plus commode de toutes les époques : celui d'une fatalité qui nuit à l'intelligence du réel, qui enlève au sujet humain sa substance personnelle et qui le nie dans la liberté de ses actes.

Contenus Mollat en relation

Fiche Technique

Paru le : 04/11/2009

Thématique : Droit civil

Auteur(s) : Auteur : Jean-Marc Trigeaud

Éditeur(s) : Bière

Collection(s) : Bibliothèque de philosophie comparée, n° 24. Philosophie du droit

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-85276-100-9

EAN13 : 9782852761001

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 271

Hauteur : 21 cm / Largeur : 15 cm

Épaisseur : - cm

Poids : - g