Chargement...
Chargement...

H4Blues

Auteur : Jean-Bernard Pouy

Paru le : 03/04/2003
Éditeur(s) : Gallimard
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Série noire, n° 2680
Contributeur(s) : Non précisé.

Un coup de coeur de Mollat

"C'est ce qu'on appelle une véritable série noire"...


Jean-Bernard Pouy est de retour dans la collection Série Noire et son livre s'ouvre sur cette phrase en un clin d'oeil prometteur. Cela augure d'un grand cru et, en effet, on n'est pas déçu. Tout ce que l'on aime chez cet auteur est là : des personnages bien campés (le principal protagoniste s'appelle Nicolas Bornand, 56 ans, "ex soixante-huitard attardé", signe particulier : unijambiste), un sens de l'humour époustouflant, jusque dans les situations les plus désespérées, et, par-dessus tout, une grande générosité.

Quand il se rend à l'enterrement de son vieux pote, Lionel Liétard, Nico est loin d'imaginer où il met les pieds (heu... le pied, plutôt, puisqu'il n'en a qu'un). La veuve, Véro, lui faisant part de ses doutes sur les circonstances du décès, Nico accepte de mener l'enquête. Par chance, il va avoir le champ libre : sa femme Esther s'exile au Canada pour faire un stage d'hypnologie, quant au fils, Bertrand, 25 ans, "ce grand con qui prépare Sciences-Po", il compte bien l'éviter autant que faire se peut. Seule piste : l'entourage de Lionel et donc retour en arrière, sur les traces du passé. Parfum de nostalgie que les années soixante au lycée Henri IV - surnommé H4, d'où le titre -, rencontres et galerie de portraits tous azimuts, dont celui de la jeune Solange Farnell, junkie "gothique expérimentale", issue de la bourgeoisie, qui vaut le détour... Comme à son habitude, Pouy alterne noirceur et légèreté, éclats de rire et constat social, solitude et désespoir.

Quand vous refermerez H4blues, à l'image du personnage, vous serez vous aussi émulsionné, émotionné, remué jusqu'au tréfond (on taira ici le mot de la fin) et qui plus est, vous serez même devenu incollable sur la place du palmier dans le cinéma expérimental !

Un coup de coeur de Mollat

"C'est ce qu'on appelle une véritable série noire"...


Jean-Bernard Pouy est de retour dans la collection Série Noire et son livre s'ouvre sur cette phrase en un clin d'oeil prometteur. Cela augure d'un grand cru et, en effet, on n'est pas déçu. Tout ce que l'on aime chez cet auteur est là : des personnages bien campés (le principal protagoniste s'appelle Nicolas Bornand, 56 ans, "ex soixante-huitard attardé", signe particulier : unijambiste), un sens de l'humour époustouflant, jusque dans les situations les plus désespérées, et, par-dessus tout, une grande générosité.

Quand il se rend à l'enterrement de son vieux pote, Lionel Liétard, Nico est loin d'imaginer où il met les pieds (heu... le pied, plutôt, puisqu'il n'en a qu'un). La veuve, Véro, lui faisant part de ses doutes sur les circonstances du décès, Nico accepte de mener l'enquête. Par chance, il va avoir le champ libre : sa femme Esther s'exile au Canada pour faire un stage d'hypnologie, quant au fils, Bertrand, 25 ans, "ce grand con qui prépare Sciences-Po", il compte bien l'éviter autant que faire se peut. Seule piste : l'entourage de Lionel et donc retour en arrière, sur les traces du passé. Parfum de nostalgie que les années soixante au lycée Henri IV - surnommé H4, d'où le titre -, rencontres et galerie de portraits tous azimuts, dont celui de la jeune Solange Farnell, junkie "gothique expérimentale", issue de la bourgeoisie, qui vaut le détour... Comme à son habitude, Pouy alterne noirceur et légèreté, éclats de rire et constat social, solitude et désespoir.

Quand vous refermerez H4blues, à l'image du personnage, vous serez vous aussi émulsionné, émotionné, remué jusqu'au tréfond (on taira ici le mot de la fin) et qui plus est, vous serez même devenu incollable sur la place du palmier dans le cinéma expérimental !

Un coup de coeur de Mollat

"C'est ce qu'on appelle une véritable série noire"...


Jean-Bernard Pouy est de retour dans la collection Série Noire et son livre s'ouvre sur cette phrase en un clin d'oeil prometteur. Cela augure d'un grand cru et, en effet, on n'est pas déçu. Tout ce que l'on aime chez cet auteur est là : des personnages bien campés (le principal protagoniste s'appelle Nicolas Bornand, 56 ans, "ex soixante-huitard attardé", signe particulier : unijambiste), un sens de l'humour époustouflant, jusque dans les situations les plus désespérées, et, par-dessus tout, une grande générosité.

Quand il se rend à l'enterrement de son vieux pote, Lionel Liétard, Nico est loin d'imaginer où il met les pieds (heu... le pied, plutôt, puisqu'il n'en a qu'un). La veuve, Véro, lui faisant part de ses doutes sur les circonstances du décès, Nico accepte de mener l'enquête. Par chance, il va avoir le champ libre : sa femme Esther s'exile au Canada pour faire un stage d'hypnologie, quant au fils, Bertrand, 25 ans, "ce grand con qui prépare Sciences-Po", il compte bien l'éviter autant que faire se peut. Seule piste : l'entourage de Lionel et donc retour en arrière, sur les traces du passé. Parfum de nostalgie que les années soixante au lycée Henri IV - surnommé H4, d'où le titre -, rencontres et galerie de portraits tous azimuts, dont celui de la jeune Solange Farnell, junkie "gothique expérimentale", issue de la bourgeoisie, qui vaut le détour... Comme à son habitude, Pouy alterne noirceur et légèreté, éclats de rire et constat social, solitude et désespoir.

Quand vous refermerez H4blues, à l'image du personnage, vous serez vous aussi émulsionné, émotionné, remué jusqu'au tréfond (on taira ici le mot de la fin) et qui plus est, vous serez même devenu incollable sur la place du palmier dans le cinéma expérimental !

9,15 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Nicolas, 56 ans, accumule les malheurs : il est unijambiste, vient de perdre son travail, se fait voler sa voiture et son vieil ami Lionel vient de mourir. A l'enterrement il est abordé par la veuve qui lui demande son aide. Juste avant sa mort, Lionel lui a laissé un message sur le répondeur disant que Nicolas saurait certainement. Nicolas se lance dans l'enquête... Un univers loufoque et tendre. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Tout va bien, par rapport au Kosovo. Délicat euphémisme. Nicolas se demande si le Destin ne l'a pas pris pour cible : une jambe en moins, un boulot perdu, une bagnole volée, une épouse qui part au Canada et un fils qui a une vraie sensibilité d'enclume. Alors, quand un de ses amis d'enfance meurt bizarrement après l'avoir appelé à l'aide, Nicolas se décide à tenter d'arrêter les frais. Résultat : chaud devant.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Mort de rire (polar rime avec hilare)

Polar n'égale pas toujours noir ! Intrigues loufoques, personnages barjots, doux dingues, nous vous avons concocté pour l'été une sélection de romans policiers déjantés et invraisemblables.De quoi inciter votre voisin de plage à vous demander : "Mais que lisez-vous de si drôle ?" - "Un polar..." - "Ah, bon ? Et comment ça s'appelle ?"

Fiche Technique

Paru le : 03/04/2003

Thématique : Policier

Auteur(s) : Auteur : Jean-Bernard Pouy

Éditeur(s) : Gallimard

Collection(s) : Série noire, n° 2680

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-07-042629-7

EAN13 : 9782070426294

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 188

Hauteur : 19 cm / Largeur : 13 cm

Épaisseur : 1 cm

Poids : 170 g