Chargement...
Chargement...

Inversions

Auteur : Iain Banks

Paru le : 25/04/2002
Éditeur(s) : Fleuve noir
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Rendez-vous ailleurs
Contributeur(s) : Traducteur : Nathalie Serval

Un coup de coeur de Mollat

Dans Science Fiction Magazine de décembre 2001, on a demandé à Iain M. Banks ce qu'il aimerait que le lecteur ressente en fermant "Le Business" (son précédent opus). Il a répondu : " J'aimerais surtout qu'il se dise : "Oh, mais il faut que je lise plus de livres de Iain Banks " (rires). En fait, cela ne me préoccupe pas vraiment. La réaction du lecteur ne m'appartient pas. Je ne fais que produire mon livre."

C'est cette attitude qui lui permet d'écrire un livre aussi culotté qu'Inversions.

Car pour ceux qui connaissent bien l'oeuvre S-F de Banks, ils trouveront là une vision très "allusive" de la culture, une manière vraiment inattendue de traiter les activités des membres de Contact qui renouvellent la série.

Quant aux nouveaux lecteurs, ils découvriront un monde éclairé par deux soleils qui n'est pas sans rappeler celui de l'Occident de la Renaissance (hormis les harems !), avec ses cours royales raffinées et pleines d'intrigues, ses monarques pas tout-à-fait absolus qui cherchent à diminuer les pouvoirs d'une noblesse arrogante ou tout simplement à garder leur trône, avec la misère du peuple, avec sa technologie guerrière bien en avance sur sa science médicale.

Ils découvriront aussi, et surtout, le talent de Iain M. Banks à mettre en scène et à nous attacher à ses personnages agités aussi bien par les passions humaines que taraudés par des questions éthiques ou des exigences morales.

Mais lorsqu'ils auront terminé "Inversions", malgré toutes les qualités du roman, ils partageront sans aucun doute l'insatisfaction de Oelph, le savoureux narrateur de l'histoire. Comme lui, ils se seront interrogés, sans jamais obtenir de réponses claires, sur les origines et la véritable nature du médecin royal Vosill et du garde du corps DeWar.

Ils n'auront finalement pas d'autres choix que de lire les autres titres du cycle de la Culture (comme L'Homme des jeux, par exemple) pour vraiment comprendre.

Il nous avait prévenu...

Un coup de coeur de Mollat

Dans Science Fiction Magazine de décembre 2001, on a demandé à Iain M. Banks ce qu'il aimerait que le lecteur ressente en fermant "Le Business" (son précédent opus). Il a répondu : " J'aimerais surtout qu'il se dise : "Oh, mais il faut que je lise plus de livres de Iain Banks " (rires). En fait, cela ne me préoccupe pas vraiment. La réaction du lecteur ne m'appartient pas. Je ne fais que produire mon livre."

C'est cette attitude qui lui permet d'écrire un livre aussi culotté qu'Inversions.

Car pour ceux qui connaissent bien l'oeuvre S-F de Banks, ils trouveront là une vision très "allusive" de la culture, une manière vraiment inattendue de traiter les activités des membres de Contact qui renouvellent la série.

Quant aux nouveaux lecteurs, ils découvriront un monde éclairé par deux soleils qui n'est pas sans rappeler celui de l'Occident de la Renaissance (hormis les harems !), avec ses cours royales raffinées et pleines d'intrigues, ses monarques pas tout-à-fait absolus qui cherchent à diminuer les pouvoirs d'une noblesse arrogante ou tout simplement à garder leur trône, avec la misère du peuple, avec sa technologie guerrière bien en avance sur sa science médicale.

Ils découvriront aussi, et surtout, le talent de Iain M. Banks à mettre en scène et à nous attacher à ses personnages agités aussi bien par les passions humaines que taraudés par des questions éthiques ou des exigences morales.

Mais lorsqu'ils auront terminé "Inversions", malgré toutes les qualités du roman, ils partageront sans aucun doute l'insatisfaction de Oelph, le savoureux narrateur de l'histoire. Comme lui, ils se seront interrogés, sans jamais obtenir de réponses claires, sur les origines et la véritable nature du médecin royal Vosill et du garde du corps DeWar.

Ils n'auront finalement pas d'autres choix que de lire les autres titres du cycle de la Culture (comme L'Homme des jeux, par exemple) pour vraiment comprendre.

Il nous avait prévenu...

Un coup de coeur de Mollat

Dans Science Fiction Magazine de décembre 2001, on a demandé à Iain M. Banks ce qu'il aimerait que le lecteur ressente en fermant "Le Business" (son précédent opus). Il a répondu : " J'aimerais surtout qu'il se dise : "Oh, mais il faut que je lise plus de livres de Iain Banks " (rires). En fait, cela ne me préoccupe pas vraiment. La réaction du lecteur ne m'appartient pas. Je ne fais que produire mon livre."

C'est cette attitude qui lui permet d'écrire un livre aussi culotté qu'Inversions.

Car pour ceux qui connaissent bien l'oeuvre S-F de Banks, ils trouveront là une vision très "allusive" de la culture, une manière vraiment inattendue de traiter les activités des membres de Contact qui renouvellent la série.

Quant aux nouveaux lecteurs, ils découvriront un monde éclairé par deux soleils qui n'est pas sans rappeler celui de l'Occident de la Renaissance (hormis les harems !), avec ses cours royales raffinées et pleines d'intrigues, ses monarques pas tout-à-fait absolus qui cherchent à diminuer les pouvoirs d'une noblesse arrogante ou tout simplement à garder leur trône, avec la misère du peuple, avec sa technologie guerrière bien en avance sur sa science médicale.

Ils découvriront aussi, et surtout, le talent de Iain M. Banks à mettre en scène et à nous attacher à ses personnages agités aussi bien par les passions humaines que taraudés par des questions éthiques ou des exigences morales.

Mais lorsqu'ils auront terminé "Inversions", malgré toutes les qualités du roman, ils partageront sans aucun doute l'insatisfaction de Oelph, le savoureux narrateur de l'histoire. Comme lui, ils se seront interrogés, sans jamais obtenir de réponses claires, sur les origines et la véritable nature du médecin royal Vosill et du garde du corps DeWar.

Ils n'auront finalement pas d'autres choix que de lire les autres titres du cycle de la Culture (comme L'Homme des jeux, par exemple) pour vraiment comprendre.

Il nous avait prévenu...
16,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

A l'autre bout de la galaxie, le roi Quience vient d'engager une femme médecin. Il l'a chargée de prendre soin de sa santé personnelle et d'autres tâches comme celle de remettre en forme les personnes soumises à la torture qui n'ont pas encore parlé. Au palais, il sont nombreux à jalouser le Docteur Vosill. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Une planète éclairée par six lunes, perdue dans les régions les plus reculées de la Galaxie... A la Cour du Roi Qience, un espion s'intéresse aux agissements du Docteur Vosill qui a été mystérieusement nommé médecin du souverain. Nomination d'autant plus étonnante que le Docteur est un étranger et surtout, que le Docteur est... une femme ! Ce qui déchaîne suspicions et jalousies. Mais, si le Docteur Vosill ne manque pas d'ennemis, elle ne manque pas non plus de ressources. Médicales et autres... C'est à elle que l'on a recours pour guérir les empoisonnements, pour faire parler les suspects soumis à la question, pour soulager le Roi de ses différents malaises... De l'autre côté des montagnes, un dénommé DeWar est le garde du corps du Protecteur Général de Tassasen. Sa mission ? Déjouer les complots qui visent à éliminer son chef régicide. Tout en préservant l'amitié secrète qui le lie à la favorite du Protecteur. Intrigues de palais, trahisons, serments... Le médecin et le garde du corps partagent un secret commun et leurs destins sont inextricablement liés. Un roman haut en couleurs et en passions, subtil et remarquablement construit.

Contenus Mollat en relation

Fiche Technique

Paru le : 25/04/2002

Thématique : Science Fiction

Auteur(s) : Auteur : Iain Banks

Éditeur(s) : Fleuve noir

Collection(s) : Rendez-vous ailleurs

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-265-07192-7

EAN13 : 9782265071926

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 381

Hauteur : 21 cm / Largeur : 15 cm

Épaisseur : 3,2 cm

Poids : 430 g