Chargement...
Chargement...

Tsun Yun : le moine aux semelles de vent : vie et paroles du dernier maître bouddhiste chinois

Auteur : Erik Sablé

Paru le : 17/03/2004
Éditeur(s) : Dervy
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Chemins de sagesse
Contributeur(s) : Non précisé.

Un coup de coeur de Mollat

" En marchant, chaque morceau du vieux vêtement qui tombe, est remplacé par un tissu de lumière. "

Mais qui se cache donc derrière ce joli nom de Tsu Yun?
Ce fut le dernier des grands maîtres du Tch'an, qui est la forme chinoise du zen.

Sa vie est une véritable épopée.
Il s'enfuittôt de chez lui car, étant l'unique héritier de sa famille, son père n'accepte pas que son fils veuille devenir moine et par conséquent refuse de perpétuer le nom de sa famille.

Commence alors une nouvelle vie, rythmée par les saisons, les rencontres et la marche... En effet, sa soif d'errances lui fait parcourir de nombreux chemins, pays et kilomètres, ce qui lui doit le surnom de Tsu Yun signifiant "nuage vide". On lui reproche parfois cette vie vagabonde mais il se justifie en citant un Ancien : "après avoir lu des centaines de livres, il faut parcourir des centaines de kilomètres."

Tout au long de sa vie, il va reconstruire des temples, donner des discours, réciter des sutras. A l'âge de 113 ans, il est battu et laissé pour mort par des communistes chinois dans son propre monastère. Nous sommes alors dans les années 50. Il en réchappe de justesse en se plongeant dans un état de profonde méditation, montrant ainsi sa force intérieure. A ce moment là, il décide de dicter ses mémoires à quelques disciples.

Il meurt à l'âge de 120 ans en profond état de méditation.
Et voici pour vous mettre en appétit, quelques extraits de ses discours, figurant à la fin de l'ouvrage...

La pratique du Tch'an est de jeter une tuile dans un étang profond. Lorsque nous méditons un hua tou, nous devons regarder dedans jusqu'à atteindre son fond et le réaliser.

La pratique n'a pas d'autre méthode. Elle demande seulement de connaître la Voie.
Si la Voie est connue la naissance et la mort cessent d'exister.
Notre voie consiste à laisser nos bagages ; alors notre demeure est proche.


Si la précédente pensée n'est pas levée, c'est l'esprit. Si la pensée suivante n'a pas de fin, c'est le bouddha
11,16 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Tsu Yun (1840-1959) fut le dernier des grands maîtres du Tchan. E. Sablé décrit le quotidien d'un moine bouddhiste pendant cette période troublée de l'histoire chinoise, ainsi que la vie et les relations de maître à disciple, les voyages de Tsun Yun en Chine, au Tibet, en Inde, son enseignement et celui des grands maîtres Tchan. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Tsu Yun fut le dernier des grands maîtres du Tchan (la forme chinoise du zen). Lorsqu'il disparut, à l'âge de cent vingt ans, il était très célèbre. Des centaines de jeunes disciples venaient écouter ses discours. Sa vie nous montre ce qu'était le quotidien d'un moine bouddhiste pendant cette période troublée de l'histoire chinoise: ses relations avec ses maîtres, sa vie d'ermite dans les montagnes, ses voyages, non seulement en Chine, mais aussi en Inde et au Tibet. Son enseignement, clair, lumineux, est celui de tous les grands maîtres du Tchan, de Hui Neng à Han Chan, auquel on l'a souvent comparé.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

À la (re)découverte de la Chine

Depuis quelques mois, les livres sur la Chine fleurissent en quantité au rayon Sciences Humaines / Actualité. En route pour une redécouverte de l'Empire du Milieu...

Fiche Technique

Paru le : 17/03/2004

Thématique : Bouddhisme/Zen

Auteur(s) : Auteur : Erik Sablé

Éditeur(s) : Dervy

Collection(s) : Chemins de sagesse

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-84454-281-6

EAN13 : 9782844542816

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 85

Hauteur : 17 cm / Largeur : 11 cm

Épaisseur : 0,8 cm

Poids : 108 g