Chargement...
Chargement...

La couleur de l'aube

Auteur : Yanick Lahens

Paru le : 07/01/2016
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : SW poche
Contributeur(s) : Non précisé.

Un coup de coeur de Mollat

Son roman Bain de lune ayant remporté le Prix Fémina en 2014, Yanick Lahens est désormais connue des lecteurs français. Autant vous dire que nous sommes ravis que cette grande dame des Lettres haïtiennes soit enfin reconnue à sa juste valeur. Si vous aussi vous étiez passé à côté de La couleur de l'aube lors de sa parution en 2008, faites-nous confiance et précipitez-vous sur ce magnifique roman maintenant qu'il est disponible en poche !

Concentré sur une seule journée qui commence tôt le matin et s'achève tard dans la nuit, La couleur de l'aube raconte une tragédie familiale qui a pour cadre un quartier défavorisé de Port-au-Prince, ce « poste avancé du désespoir ». Il était une fois une étroite maison dans laquelle vivaient Mère, ses trois enfants âgés d'une vingtaine d'années (soit Angélique, Joyeuse et Fignolé), Gabriel, le petit garçon illégitime d'Angélique, et Ti Louze, la domestique. En se levant ce jour-là, Angélique remarque que son frère n'est pas là, et semble ne pas être rentré de la nuit. Elle commence néanmoins sa journée comme tous les matins du monde, essayant d'occuper son esprit ailleurs. Puis c'est au tour de Joyeuse, qui, elle non plus, ne manque pas de relever cette absence inhabituelle. Alors que s'égrènent ces heures grises, les deux jeunes femmes prennent tour à tour la parole pour détailler le récit de cette journée interminable qui pourrait n'en être qu'une parmi tant d'autres, ne fût-ce l'absence de Fignolé qui non seulement se prolonge, mais s'obstine à demeurer inexpliquée. Ces deux soeurs, que d'ordinaire tout sépare – Angélique, l'aînée, la mère, la dévote, la raisonnable, la renfermée, la frigide, s'oppose diamétralement à Joyeuse, qui met un point d'honneur à cultiver sa liberté (en dépit du regard des hommes et du poids de la religion) – partagent aujourd'hui cette même volonté de ne pas céder à l'inquiétude. Pourtant, lorsqu'on apprend qu'il y a eu une émeute la veille dans le centre ville, ne pas se laisser aller aux conjectures les plus tragiques finit par relever de l'exploit.

Avec sa construction narrative impeccable, sa prose extrêmement imagée et poétique mais néanmoins violente et directe, La couleur de l'aube se lit en une seule respiration, le souffle coupé, tandis que s'enchaînent les analyses percutantes et sans concessions de la misère qui gangrène l'île. On comprend que le ressentiment y est cultivé en même temps que la canne à sucre, que les rapports humains y sont d'une violence inouïe, et que la vue du sang a cessé d'émouvoir ses habitants depuis longtemps.

Avec La couleur de l'aube, Yanick Lahens conjugue avec brio sensibilité et pertinence pour nous offrir une partition exemplaire.

« Je compris ce jour-là qu'il y a de quoi devenir méchant quand on est asservi. Quand la vie est sans issue pour vous et tous ceux qui vous ressemblent depuis le commencement du monde et qu'un homme, un jour, une fois, vous indique une sortie. Alors si étroite, si basse, si sombre soit-elle, vous vous y engouffrez. Tête baissée. Et j'ai baissé la tête. Et je le referais peut-être à nouveau. Qui sait ? »
10,00 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Angélique Méracin vit avec sa mère, sa soeur Joyeuse, son fils et son jeune frère Fignolé dans les faubourgs de Port-au-Prince. Mais un jour Fignolé disparaît. Angélique, la soumise, et Joyeuse, la révoltée, tentent de le retrouver. Prix RFO 2009. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

«Fignolé, pourquoi nous obliger à respirer à des hauteurs si difficiles ? Fignolé récalcitrant. Fignolé rebelle, habité de poésie, fou de musique. Fignolé n'a pas sa place dans cette île où la débâcle a défait les âmes. Fignolé, m'entends-tu ? Traverse indemne la foudre et le feu de cette ville si tu veux mais reviens-nous... Reviens-nous vite. Sans mal et sans blessure. Plus vivant qu'aucun chrétien vivant ne l'a jamais été sur cette terre. Fignolé, m'entends-tu ?» Poignante description de l'angoisse des deux soeurs de Fignolé, jeune militant du parti des Démunis disparu dans une ville en proie au chaos, La Couleur de l'aube a, lors de sa parution en 2008, imposé Yanick Lahens comme une des grandes voix de la littérature haïtienne. Se faisant l'écho du désespoir des deux jeunes femmes qui, un jour durant, poursuivent leur enquête, l'écrivain dessine la géographie de la ville - Port-au-Prince - et du pays où elle vit et qu'elle connaît intimement. Toute son oeuvre - jusqu'à Bain de lune, qui en 2014 a obtenu le prix Femina - s'ancre dans ce territoire où la monstruosité voudrait se faire loi, mais où ne cessent de rejaillir la révolte et la volonté de vivre.

Contenus Mollat en relation

Fiche Technique

Paru le : 07/01/2016

Thématique : Littérature Francophone

Auteur(s) : Auteur : Yanick Lahens

Éditeur(s) : Sabine Wespieser éditeur

Collection(s) : SW poche

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-84805-203-1

EAN13 : 9782848052038

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 218

Hauteur : 16 cm / Largeur : 12 cm

Épaisseur : 1,2 cm

Poids : 155 g