Chargement...
Chargement...

Cure d'amour. Une lecture psychanalytique de l'amour

Publié le 21/10/2009
« Jamais nous ne sommes davantage privés de protection contre la souffrance que lorsque nous aimons, jamais nous ne sommes davantage dans le malheur et la détresse que lorsque nous avons perdu l'objet aimé ou son amour. ». Extrait de Le malaise dans la culture de Freud.
La psychanalyse à la découverte de l'amour. L'amour à la découverte de la psychanalyse.
Une lecture psychanalytique de l'amour a plusieurs intérêts : l'amour est un sentiment profond, ambivalent qui nous interpelle de différentes manières. C'est aussi une des notions centrales en psychanalyse, qui permet d'aborder ses concepts fondamentaux : le narcissisme, l'aliénation, la castration, l'interdit, le transfert, la relation d'objet, etc. Nous ne voulons pas prétendre exposer ici la théorie freudienne et lacanienne de l'amour.

Freud traite parallèlement ou séparément de l'amour et du désir. On peut aimer quelqu'un et ne pas le désirer, on peut désirer quelqu'un et ne pas l'aimer. La singularité du sentiment amoureux est révélée par Freud dans son caractère ambivalent. Ambivalence du sentiment d'amour, qui dans l'aliénation qu'il produit chez le sujet, ou pour le dire autrement dans la dépendance amoureuse, peut se traduire en haine !
A y regarder de plus près, l'amour supposé pour autrui est au fond un amour beaucoup plus réel de sa propre personne, ou un reflet de soi-même, c'est-à-dire une valorisation de soi-même à travers le regard de l'autre.

Le rôle du narcissisme chez le sujet ne se restreint pas à la perversion narcissique, et prendra chez Lacan une dimension différente. Lacan décrit le stade du miroir dans la constitution du moi, comme totalité achevée où le sujet a pu se reconnaître et s'aimer. L'amour prend dès lors un sens nouveau dans sa dimension fondamentalement narcissique. L'amour chez Lacan revoie au manque : prenons l'exemple de l'enfant fait qui fait des demandes incessantes. Ces demandes n'appellent pas à être satisfaites en tant que telles, mais appellent un signe, le signe de l'amour. En ce sens, Lacan dit « aimer, c'est donner ce qu'on n'a pas ». C'est dans la demande que se nouent pour Lacan le désir et l'amour. La demande parce qu'elle passe par le langage, « annule la particularité de tout ce qui peut être accordé en le transmuant en preuve d'amour », extraits des Ecrits. Il faudrait aborder aussi les notions de phallus, de castration, d'interdit et d'identification au père pour mieux comprendre l'approche lacanienne de l'amour. Sa complexité et notre humilité nous limite. Si ce bref aperçu a éveillé votre curiosité, nous vous invitons à vous référer aux textes de Lacan. Nous avons fait le choix de proposer quelques titres de l'actualité éditoriale en psychanalyse sur le thème de l'amour et de reparler aussi de quelques textes de fond, les classiques pour ainsi dire. Là encore la liste ne se veut pas exhaustive.


Les amoureuses, de Clotilde Leguil
Clotilde Leguil nous propose une lecture psychanalytique de trois films : Virgin Suicides de Sophia Coppola, La vie des autres de Florian Henkel et Mulholland Drive, de David Lynch. Elle s'intéresse particulièrement aux personnages des amoureuses traversent ses trois oeuvres cinématographiques. Son analyse est très pertinente et révélatrice des différents visages de l'amour

En cas d'amour
, d'Anne Dufourmantelle
Anne Dufourmantelle est psychanalyste. La souffrance et l'espérance de l'amour lui ont été confiés sur le divan. Elle nous révèle la nature de l'amour et ses déclinaisons : la reconnaissance, la peur de l'abandon, la jalousie, le désir de possession, la haine, etc. Elle est aussi philosophe et enrichi son recueil de références philosophiques.

Les fondations du lien amoureux
, de Raphaële Miljkovitch
Eclairer l'échec sentimental à la lumière de l'attachement précoce : tel est l'enjeu du livre de Raphaële Miljkovitch. Son analyse des fondements des liens amoureux est nourrie de son expérience de thérapeute du couple et de la famille.

La cause amoureuse
, de Monique Schneider
Ambitieux essai de Monique Schneider qui aborde l'amour, ou plutôt la cause amoureuse, la revendication de l'amour dans son ambivalence, dans son rejet, et dans sa nécessité chez Freud, Spinoza et Racine. Paradoxe de l'existence, l'amour est en cause et est aussi une cause à défendre.

L'amour de la haine

L'amour de la haine
est à l'origine un numéro de la Nouvelle revue de psychanalyse, prestigieuse revue publiée sous la direction de J.-B. Pontalis. Ouvrage collectif, accessible dans la collection folio essai, cette somme de contribution constitue un texte de référence.

L'amour et la haine
, de Melanie Klein et Joan Riviere
« Dans ce livre sont étudiées des aspects très différents des émotions que l'homme éprouve. La première partie analyse les pulsions puissantes de haine qui sont un élément fondamental de la nature humaine. Dans la seconde, j'essaie de montrer comment l'amour et la tendance à la réparation se développent en rapport avec les pulsions agressives et malgré elles. » Melanie Klein

L'état amoureux
, de Christian David
Pourquoi la psychanalyse produit-elle si peu de recherche sur le sentiment amoureux ? Christian David consacre ce livre à la signification, à la structure et aux pouvoirs de l'amour. Il y a une place pour l'amour en analyse.

L'amour
, François Perrier

Ce livre est le résultat des travaux de recherches menées dans le cadre du séminaire de l'année 1970-1971, dirigé par François Perrier. C'est un texte essentiel sur l'amour en psychanalyse, et riche de références littéraires, cliniques, ou anthropologiques.



Image : Antonio Canova, Baiser de Psychée et Amour, Musée du Louvre (source : Flickr)

Chargement...