Chargement...
Chargement...

La science-fiction et Métal Hurlant

Une actualité de Libraires BD/Manga
Publié le 15/02/2022
Ce mois-ci retrouvez les auteurs ayant fait la gloire du magazine "Métal hurlant” mais qui ont également élevé la science-fiction à un autre niveau, celui d’un imaginaire sans limites !

Le nouveau Métal hurlant de ce mois de février est consacré aux auteurs ayant fait les grandes heures de la bande dessinée de science-fiction. 

Au fil des pages vous aurez le plaisir de découvrir ou de redécouvrir des grands noms tels que Enki Bilal, Philippe Druillet, François Schuiten, Moebius ou encore le regretté Jean-Claude Mézières. 

Les personnes précédemment citées ne vous seront peut-être pas étrangères, toutes auront marqué le paysage de la fiction mais aussi de la culture au sens large. Le Valérian de Mézières et son adaptation par Luc Besson, Schuiten et son implication dans l’armée pour imaginer le visage des guerres du futur, Enki Bilal et son imaginaire de Dieux égyptien extraterrestres qui ne sont pas sans rappeler un certain Stargate de Roland Emmerich ou encore Moebius qui inspirera de grandes oeuvres tels que Aliens ou encore Blade Runner.


Ce qui ne vous aura pas échappé non plus, c'est le sous titre du nouveau magazine “1975 - 1984 : le nouveau visage de l’imaginaire”. Nouveau visage ? Effectivement c’est en 1974 que le trio formé par Philippe Druillet, Moebius et Jean-Pierre Dionnet fonde le magazine Métal Hurlant

Ciblant un public adulte à la recherche de nouvelle expérience de bande dessinée, Métal hurlant sera le porte étendard d’une science-fiction expérimentale s’affranchissant des standards de l’époque en laissant de tout jeunes artistes extrêmement novateurs s’exprimer au gré de leurs envies. 

Revue trimestrielle, elle accueillera au sein de ses pages des artistes ayant déjà fait leurs armes (Jacques Tardi, Jacques Lob, Enki Bilal…) mais également des étrangers avec François Schuiten notamment, de nouvelles têtes dans le paysage français avec Serge Clerc ou encore Michel Crespin. Toutefois la bande dessinée ne sera pas la seule chose présente dans les pages du Métal. Des interviews, analyses et critiques de romans de science-fiction et policier, de films et aussi de musique. La littérature, notamment, que propose les rédacteurs se veut de genre en allant puiser dans une culture presque à contre courant (comme Mad Movies mais dans un tout autre genre) de ce qui se faisait alors à l’heure actuelle.

Durant ces magnifiques années, Métal Hurlant publie des artistes extraordinaires tels que Hugo Pratt (hors Corto Maltese), Alejandro Jodorowsky (et son exceptionnelle série de L’incal) mais aussi Charles Burns. 


Mais après 1985, le début de la fin est signé avec les départs successifs de Druillet, Schuiten et Jodorowsky pour ne citer qu’eux. Puis l'intérêt grandissant pour les albums paraissant en librairie et les “inspirations” d’autres revues sur le modèle de Métal Hurlant auront eu raison de cette dernière en 1987, date de publication du dernier magazine… jusqu’en 2002. 

Une suite qui se prendra les pieds dans le tapis en 2004 jusqu’à un reboot total en 2021.

Le premier numéro “made in 2021” se concentre sur le futur immédiat, sur l’hypothèse d’un avenir proche et de ce que l’homme deviendra dans ce monde.


Et nous y sommes, 2022, année de publication du second volume du reboot de Métal Hurlant qui revient sur les belles années et les débuts de la revue.

Plongez vous dans ce monument d’urgence et découvrez les auteurs qui ont fait les belles heures de la revue !

Notre sélection auteur