Chargement...
Chargement...

Les Voix de la Pensée avec Bernard Lahire

Publié le 07/11/2015
Pour sa quatrième édition, Les Voix de la Pensée se sont arrêtées sur le passionnant livre de Bernard Lahire, Ceci n'est pas qu'un tableau, paru en début d'année aux éditions La Découverte.
« Tout pouvoir engendre ses formes de séparation du sacré et du profane. Mécanisme universel qui trame toutes les sociétés humaines connues, la séparation du sacré et du profane, articulée aux rapports de domination, doit être reconnue et étudiée comme telle plutôt que laissée à l'état latent, implicite, dans les métaphores religieuses. Il faut passer du simple déplacement analogique, qui fait que l'on parle du monde de l'art comme s'il s'agissait d'un monde religieux, tout en pensant qu'il n'en n'est fondamentalement pas un, à l'interprétation historique de l'art comme domaine sacré. On découvre alors tout ce que nos sociétés, qui se prétendent désacralisées, désenchantées, rationalisées, ont de fondamentalement sacré. »

Le sociologue qui a déjà écrit des ouvrages sur les pratiques culturelles des individus (La Culture des individus), s'est penché cette fois-ci sur un événement précis: l'achat d'une œuvre de Nicolas Poussin par le Musée des Beaux Arts de Lyon. Il s'avère que l'attribution de cette "Fuite en Égypte", puisqu'elle est nommée ainsi, au peintre français fut l'objet d'une histoire mouvementée, quelques fois rocambolesque et parfois-même tragique ayant entraîné, entre autres, la ruine des galeristes qui en avaient fait l'acquisition.

Bernard Lahire compose ainsi son livre en deux parties; dans la première, il établit la théorie d'une bipolarisation de la société, les rapports des êtres humains d'une société institutionnalisée comme la nôtre se scindant constamment en des rapports de dominant/dominé, à une distinction très prégnante dans l'art entre ce qui est sacré et ce qui est profane. Partant de cette analyse minutieusement argumentée, le sociologue interprète l'histoire de l'authentification de ce tableau concurrencée par deux voire trois autres versions de « La Fuite en Égypte », ainsi que sa légitimation comme œuvre d'art par l'institution qu'est le musée des Beaux Arts, sans oublier l'aspect économique qui sous-tend l'ensemble des tractations.

Pour discuter avec Bernard Lahire, nous avons le bonheur d'accueillir deux historiens de l'art : Bernard Lafargue et Corinne de Thoury. Comme à notre habitude, des extraits d'œuvres seront lus au cours de la rencontre afin d'illustrer les propos ou leur apporter la contradiction. La conférence se poursuivra par un échange avec le public.

A cette occasion, le Musée des Beaux Arts de Bordeaux nous fait l'honneur d'ouvrir ses portes pour accueillir cette conférence. Nous aurons donc le privilège de discuter dans le hall d'entrée de l'aile nord du musée à partir de 18h30. L'entrée est bien sûr gratuite mais attention, le nombre de places est limité !

Ouvrages de Bernard Lahire

Textes lus

Chargement...