Chargement...
Chargement...

Mardi-Gras Descendres, l'interview d'Eric Liberge

Publié le 26/10/2004
Les dessinateurs. Quand on en a un sous la main, on en profite ! Eric Liberge, auteur et scénariste de la série Mardi-Gras Descendres était dans nos murs pour une séance de dédicace. Morçeaux choisis d'une discussion à bâtons rompus.

Mardi-gras Descendres, le rebelle
Le héros va devoir lever le mystère du Purgatoire par rapport à son métier de cartographe (de son vivant). Or c'est une chose interdite. C'est un personnage dans lequel tout le monde doit se projeter. Il est l'un des seuls qui garde, a priori, des bribes de souvenirs de la Terre car sa mort est récente. Il ne peut donc que réagir face à l'incohérence de cet au-delà. C'est un peu le héros kafkaïen du Procès.

L'humour de Mardi-Gras
Il est nécessaire pour éviter les clichés du genre et tomber dans le
morbide. Il fallait à mon sens plusieurs niveaux de lecture car tomber dansle morbide qui est une impasse en soi. Mardi-Gras est satirique pour permettre une meilleure identification du lecteur par rapport au héros. J'arrive ainsi à créer une fable métaphysique en y glissant des références par-ci par-là à notre monde. En même temps, j'ai voulu donner un ton agréable et immédiatement perceptible.

Les sources d'inspiration
Elles sont purement émotionnelles et intuitives.
J'aime beaucoup la période expressionniste des années 20 tant au niveau de la peinture que du cinéma. Toute la vague fantastique, même certains dessinateurs comme Alfred Kubin (également auteur d'un roman fantastique, L'Autre côté).

Le Purgatoire sert de miroir, de réflexion, de distance peut-être pour dénoncer les choses d'ici-bas : ce sentiment que l'on perçoit tous, d'être perdu à un certain moment, dépassé par les évènements, avoir un mystère en face de soi, un monde que l'on ne comprend pas toujours. Mais on trouve aussi dans cet au-delà une part de rêve et de fantasme.
Tout cela vient se greffer naturellement sur des albums très différents puisque le premier est principalement humoristique, le deuxième plus politique et le troisième plus onirique. Quant au quatrième il sera forcément encore différent…

La dimension mystique
Mardi-Gras Descendres est une comédie métaphysique d'aventure qui met en avant la quête de soi, le dépassement des difficultés, des dangers. Quand je parle d'alchimie, on est toujours autour de ces lois de transformation, de transmutation : changer du plomb en or donc d'espoir (il y a toujours une lumière).

Une nouvelle théorie de l'Au-delà ?
En dédicace, beaucoup de personnes se réclament un peu de ce que je fais. Pourtant je ne propose aucune réponse. Je fais avant tout ce qui me plaît : faire rêver, faire peur même, voilà les réponses. C'est vrai que l'on a tendance à fabuler ; les sectes proclament quelque chose, les religions aussi. Moi, je pars du principe que l'on ne sait rien et c'est mon crédo pour Mardi-Gras. J'ai essayé de tirer quelques enseignements simplement humains que l'on trouve à notre portée et pas plus. La suite est vraiment pour après…

Les projets
Les corsaires d'Alcibiade, avec Filippi (dans la collection Empreintes, chez Dupuis). Avec une ambiance Jules Verne, même si on est dans les années 1820. Un groupe de cinq jeunes gens avec une particularité – chacun est bon dans sa discipline. Ils sont kidnappés pour être intégrés dans une école d'élite où ils seront formés à la recherche de trésors que financerait une organisation obscure pour le compte de la Couronne d'Angleterre. C'est de l' aventure pur jus ! cette fois-ci, je me laisse piloter par le scénariste. Cela est très enrichissant, ouvre d'autres horizons.

Les dernières lectures
Antonin Artaud : il se rapproche de ma manière de procéder en scénario c'est-à-dire mettre en image des choses inexprimables, de créer des images inédites, des visions extraordinaires. En BD, les indépendants, parmi lesquels Daniel Clowes, Craig Thompson...

 

Monsieur Mardi-Gras Descendres
Monsieur Mardi-Gras Descendres, d'Eric Liberge.

 

Des propos recueillis par Didier Berthélémy et Loïc Nicolas

Chargement...