Chargement...
Chargement...

MollatVox 50

Publié le 08/10/2010
Les libraires sont de retour avec leurs coups de cœur sonores. Montez le son !

Les contes carnivores de Bernard Quiriny (Points), présenté par Céline Constantin
Un botaniste amoureux de sa plante carnivore. Un curé qui se dédouble dans différents corps. Une femme-orange qui se laisse boire par ses amants. Une société d'esthètes fascinés par les marées noires. Des Indiens d'Amazonie qu'aucun linguiste ne comprend... Entre Marcel Aymé et Jorge Luis Borges, ces quatorze nouvelles où le drolatique se mêle à l'onirique provoquent une joie... dévorante.

Une histoire politique du pantalon de Christine Bard (Seuil), présenté par Mylène Ribereau
Successeur de la culotte, le pantalon symbolise la masculinité et, partant, le pouvoir, comme en témoigne le dicton « porter la culotte ». Au cours de la Révolution, il se charge d'une signification plus précise en exprimant les valeurs républicaines et devient un élément clé du nouvel ordre politique. Mais l'Ancien Régime continue pour les femmes, qui, sur le plan tant vestimentaire que social, n'accèdent ni à la liberté ni à l'égalité. Privées de droits, assignées à résidence dans leur genre, elles sont interdites de pantalon.
Rien de tel qu'un interdit pour susciter le désir... Surchargé de fantasmes, le pantalon accompagne toutes les transgressions qui jalonnent la route de l'émancipation des femmes. Artistes, féministes, révolutionnaires, voyageuses, actrices, lesbiennes, sportives, innombrables sont les femmes connues et inconnues qui s'approprient l'habit masculin. Il faut attendre les années 1960-1970 pour que le pantalon soit féminisé et devienne un vêtement mixte. Fin de l'histoire ? Pas tout à fait. Pourquoi l'ordonnance de 1800 interdisant aux femmes de s'habiller en homme n'est-elle toujours pas abrogée ? Pourquoi les collégiennes ne portent-elles plus que des pantalons ? Pourquoi une « journée de la jupe » ? L'actualité des questions de sexe et de genre gagne à être située dans l'histoire longue de la peur de la confusion des rôles et de la contestation du pouvoir masculin.

L'officier de Malte de Mark Mills (Calamnn-Lévy), présenté par Karine Gilabert
Malte, été 1942. Max Chadwick est l'officier britannique chargé de distiller les nouvelles à la population maltaise de façon à galvaniser le fragile esprit de résistance de celles et ceux qui subissent, nuit après nuit, les raids aériens de l'Axe. La manipulation de l'information est la seule arme dont les Alliés disposent sur cette île pour empêcher une invasion allemande...

Failles de Yannick Lahens (S. Wespieser), présenté par Fleur Aldebert
Texte de compassion et de combat dans lequel Yannick Lahens décrit les ravages et l'horreur du séisme du 12 janvier 2010 en Haïti. L'écrivain associe les dangers de la faille géologique aux failles sociale, économique et politique qui accablent l'île. Il tente de prévenir de l'irresponsabilité qui consisterait pour les Haïtiens à ne pas changer leurs perceptions et leurs comportements.

Mes chemins de table de J.-P. Géné (Hoëbeke), présenté par Clémentine Soubeyrol
Reprise des chroniques publiées dans Le Monde magazine organisée en cinq chapitres, chacun correspondant à une période de l'itinéraire gastronomique de l'auteur. Au fil de ces textes, ce dernier se réfère à ses souvenirs, son goût des bons produits mêlant recettes et critique gastronomique.

Café society : mondains, mécènes et artistes, 1920-1960 de Thierry Coudert (Flammarion), présenté par Corinne Crabos
Ce beau-livre, truffé de photographies et de documents d'époque, évoque la vie des aristocrates, des millionnaires, des peintres, des designers, des musiciens dans le Paris des années 1920 aux années 1960. Ancêtre du " Gratin " du XIXème siècle si bien croqué par Marcel Proust, le " Café Society " se distingue avant tout par une profonde élégance que la " Jet Set " actuelle ne peut que lui envier...
Chargement...