Chargement...
Chargement...

Sur une île déserte, j'emmène... aussi !

Publié le 01/08/2004
Encore d'autres pépites !

La longue marche, de Bernard Ollivier, Phébus
I, Traverser l'Anatolie
II, Vers Samarcande,
III, Le vent des steppes
,
Parti d'Istanbul, cet extraordinaire marcheur a décidé, pour réaliser un rêve de toujours, de parcourir 12000 kilomètres à pied jusqu'en Chine, après quatre années passionnantes mais souvent semées d'embûches à la rencontre,  d'autres civilisations, d'autres cultures, qui en firent une expérience unique. Un récit à lire et relire ,une leçon de vie et un hymne à la marche ,un remède contre l'ennui. M.B.

Chimères, de Nuola O'Faolain, Sabine Wespieser
Rentrée dans son Irlande natale pour y effectuer une enquête autour d'un fait divers qui défraya la chronique au dix-neuvième siècle, la narratrice, journaliste de son état, va y trouver des réponses à de nombreuses interrogations concernant sa vie souvent solitaire. Réapprenant à aimer son quotidien, elle y puisera un nouveau souffle. Un bilan magistral et deux histoires très attachantes qui se recoupent. 700 pages de pur bonheur ! M.B.

La pluie jaune, de Julio Llamazares, Verdier
Il est un livre qui se transmet des deux côtés des Pyrénées depuis quinze ans comme un talisman ou autre objet quelque peu sacré. Ce livre se nomme "La pluie jaune", il retrace l'itinéraire d'un homme parti dans les montagnes retrouver son village où plus personne ne vit. Hanté par ses fantômes, il tente une dernière fois de ramener par le souvenir les habitants de ce village que l'exode a dépeuplé. Une langue d'une trés grande force poètique place ce livre parmi nos "indispensables", ceux qu'à la première évocation on sent encore présents et indispensables. F.B.

Une épisode dans la vie du peintre voyageur, de César Aira, André Dimanche
Ce livre au si long titre ne fait que 80 pages. Il vaut bien des romans deux ou trois fois plus long. On saluera donc Cesar Aira d'avoir réussi à conter une aussi extraordinaire aventure sans donner pour autant l'impression d'avoir lu une nouvelle. L'histoire s'inscrit au temps où la pampa argentine regorgeait d'indiens pilleurs et massacreurs tandis que d'imperturbables artistes, qui plus est européens, s'escrimaient à en saisir leur chevauchée sur la toile. Ce chef d'oeuvre garanti se dégustera sans peine dans le train, le tramway et même sur la plage. F.B.

Cinéma, de Tanguy Viel, Editions de Minuit
Imaginez un film, imaginez LE film, celui que vous verriez une bonne centaine de fois sans jamais vous lassez. Vous iriez même jusqu'à jugez vos proches en fonction de l'appréciation de ce film. Vous le commenteriez à n'en plus finir en trouvant des détails chaque fois plus surprenant que vous n'auriez pas même soupçonné au bout de la trentième fois. Non ce film n'existe pas direz-vous ! Si, si. C'est en lisant "Cinéma" que l'on se prend à son tour de passion pour ce film. Si vous voulez le titre, lisez-le. F.B.

Le méridien de Greenwich, de Jean Echenoz, Editions de Minuit
C'était le temps où Jean Echenoz revisitait de fond en comble le roman d'espionnage, on y mourrait comme chez James Bond, le romantisme allait bon train, les intrigues nous dépassaient mais nous émerveillaient tout autant, cela se passait très loin (sur le méridien de Greenwich !!!), on voyageait beaucoup, bref, Jean Echenoz s'amusait en parodiant un genre qu'il espérait sans doute modifier pour toujours. Avec un livre comme ça, c'est l'histoire littéraire qui avançait d'un coup. F.B.

Le Colonel des Zouaves, d'Olivier Cadiot, P.O.L.
Ne cherchez plus, élégante, prompte et prévenante voire omniprésente, la créature du "Colonel des Zouaves" est une mécanique parfaite. Ce livre jubilatoire introduisait l'auteur dans le monde du roman tel un agent secret, passant par la porte de service. Secrètement investi dans une demeure bourgeoise il accomplissait, tout en souplesse et en légèreté, des prouesses dont il est à ce jour encore le seul dépositaire. F.B.

Expiation. De Ian McEwan, Gallimard, Du Monde Entier
Il suffit d'un instant. Une scène entr'apperçue, une imagination un peu trop féconde et Briony la dénonciatrice va faire basculer trois vies. La sienne, celle de Celia sa soeur et celle de Robbie, fils des domestiques. Dans l'Angleterre du Blitz, Briony tente d'expier sa faute... McEwan est un maître de la peinture des âmes souillées et repentantes, Expiation est son chef d'oeuvre. I.B.

Un amour noir de Joyce Carol Oates, Ed. du Félin
Ce court texte de Joyce Carol Oates fait partie de ses plus romanesques. On reste sans voix à sa lecture, partagé entre la violence du désir de Calla – l'héroïne - pour son amour noir et celle, normative, du monde qui l'entoure. I.B.

L'accusé, d'Emmanuel Roblin, Phébus, Libretto.
Un texte qui ressuscite régulièrement. En son temps admiré par Bernanos et Mauriac, ce roman d'un douloureux apprentissage adolescent est l'une de ces pépites que les connaisseurs se transmettent en cachette, conscients qu'ils offrent là un trésor littéraire inestimable et fragile. I.B.

 

Tous ces livres ont été lus, aimés et commentés par Martine Borderie, Isabelle Bossard, François Boyer, Clémence Cazzulo, Eric Girard, Catherine Linger, Marie-France Sutel et Lina Talgre, libraires aux rayons Littérature et Livres de Poche.

 

<<< page précédente <<<

Chargement...