Chargement...
Chargement...

Mongolie : nomades et libres

Auteur : Fabienne Tisserand

Auteur (photographe) : Frédéric Hermann

Paru le : 14/10/2004
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

42,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Propose de découvrir dans tout le pays, autour de la capitale Ulaan Bator, à la limite de la Sibérie ou du désert de Gobi, le quotidien des éleveurs nomades mongols, les fêtes annuelles du Naadam au printemps, etc. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Depuis 1990 et les premières élections démocratiques, les éleveurs mongols se tournent vers d'ancestrales habitudes de liberté. Ils puisent dans les sources identitaires que sont le chamanisme, Gengis Khan, et surtout le lamaïsme jaune, adopté par leurs ancêtres aux XVIe siècle. En même temps, ils accueillent la modernité avec autant d'enthousiasme que l'étranger sur leur terre ou le printemps après un long hiver. Jamais ils ne se défont de leur fierté nomade, cet état d'âme qui leur a permis de perpétuer un mode de vie qui peut sembler à première vue anachronique, mais qui est une source sans fin de découvertes. Comment ne pas être fasciné par cette réalité? Plus d'un million de citoyens mongols vivent aujourd'hui du pastoralisme nomade. Leur providence, c'est l'herbe de la steppe, qui croît envers et contre tout sur un plateau balayé par le vent, où l'hiver dure huit mois de l'année. Ce tapis de graminées, de plantes à stipes, se couvre soudain de fleurs au mois de juin. Dès la fin août, il s'endort sous une couche de givre. Des animaux adaptés au froid se nourrissent de cette végétation rase: les petits chevaux mongols, les moutons, les chèvres, les yacks, les chameaux de Bactriane, à condition qu'ils se déplacent sur de vastes espaces. Les éleveurs survivent grâce à leurs troupeaux qui leur fournissent tout ce dont ils ont besoin: nourriture, boisson, vêtements, tapis et cordages, moyens de transport et combustible sous forme de bouse séchée. Le nomadisme mongol ressemble à un pacte établi avec la nature. Il s'accompagne d'une culture riche et subtile. Les chants, longs ou diphoniques, entonnés au quotidien ou à l'occasion des rencontres toujours attendues dans l'espace sans fin de la steppe, en sont l'un des trésors. Les fêtes rythment la vie des éleveurs, en particulier celle du naadam. Cette compétition des «trois jeux virils» - la lutte, le tir à l'arc et la course de chevaux - plonge ses racines dans le passé des peuples turco-mongols, dans l'âpre combat pour la survie des tribus. Entre les deux géant que sont la Chine et la Russie, la Mongolie est soumise désormais aux aléas de l'économie mondiale. Mais les éleveurs des steppes perpétuent leurs traditions et continuent d'affirmer leur goût pour la liberté.

Fiche Technique

Paru le : 14/10/2004

Thématique : Beaux livres Monde

Auteur(s) : Auteur : Fabienne Tisserand Auteur (photographe) : Frédéric Hermann

Éditeur(s) : Belles Balades éditions

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-84640-110-1

EAN13 : 9782846401104

Format : Non précisé.

Reliure : Relié sous jaquette

Pages : 191

Hauteur : 28 cm / Largeur : 28 cm

Épaisseur : 2,4 cm

Poids : 1504 g