Chargement...
Chargement...

L'homme à toutes vitesses : de la lenteur homogène à la rapidité différenciée

Auteur : Jean Ollivro

Paru le : 24/04/2000
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

13,72 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Le développement et la diversification des moyens de transport, la prolifération des médias fait que les hommes ne vivent plus à la même vitesse. Leur capacité à se mouvoir les différencie fortement et entraîne l'éclosion d'une nouvelle géographie recomposée par les transports. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

La course à la vitesse a sans doute été l'obsession majeure du XXe siècle. Des origines de l'humanité au milieu du XIXe siècle, l'homme s'est déplacé à des vitesses comparables, approchant toujours le mètre à la seconde. Puis, vers 1850, le rapport à l'espace et au temps a été boule versé avec l'essor de la rapidité différenciée. L'homme pratique aujourd'hui des vitesses de déplacement de plus en plus différentes (marche, automobile, avion, télécommunications ... ). Il est même susceptible de téléphoner en marchant dans un TGV, c'est-à-dire d'avoir trois vitesses de déplacement en simultané. L'ambition de l'ouvrage de Jean Ollivro est de suivre les mutations géographiques, mais aussi politiques, sociologiques et mentales générées par ce nouveau rapport au monde. Par exemple, il est devenu commun en TGV de faire Paris-Lyon (417 km) en 1 h 45 et de mettre une ou deux heures pour faire quelques kilomètres dans la capitale. L'inversion des distances en terme de distances temps ! Nous nous dirigeons de plus en plus vers un lieu en prenant pour y accéder la direction opposée (stations de métro, gare TGV, détour pour bénéficier d'un accès plus rapide, sens interdit ... ). De même, si elle permet la découverte de territoires différents, la vitesse nous dissocie aussi des lieux et entraîne une certaine déshumanisation géographique, un éloignement à l'égard de la proximité, une dispersion de nos relations sociales vers des individus plus nombreux. C'est donc, à différentes échelles, une nouvelle géographie que l'on voit éclore. Une large part de notre système relationnel, politique, territorial, repose jusqu'à aujourd'hui sur le concept d'éloignement progressif entre les lieux. Or cette logique, sans s'effondrer, est fortement menacée. Un territoire de flux se surimpose à un territoire de surface et aux enveloppes territoriales conçues quand la dimension d'éloignement avait un sens. Un nouveau territoire s'augure, basée d'une part sur les allées et venues entre les lieux distants, d'autre part sur la vitesse et l'obsession du "gain" de temps, du rapide sur la fuite de l'arrêt.

Fiche Technique

Paru le : 24/04/2000

Thématique : Géosciences

Auteur(s) : Auteur : Jean Ollivro

Éditeur(s) : Presses universitaires de Rennes

Collection(s) : Espace et territoires, n° 10

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-86847-477-2

EAN13 : 9782868474773

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 179

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 1,3 cm

Poids : 340 g