Chargement...
Chargement...

La vie, les amours et les aventures de Diogène le Cynique : écrites par lui-même

Auteur : Christoph Martin Wieland

Paru le : 26/10/2011
Éditeur(s) : Manucius
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Le philosophe
Contributeur(s) : Auteur présumé : Diogène le Cynique - Traducteur : Christoph Martin Wieland - Traducteur : Joseph Alexander von Hübner

13,20 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
epub
9,99 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

Traduit en France au début du XIXe siècle, ce roman se veut un texte écrit par Diogène lui-même, et met en scène la vie rêvée du philosophe, d'abord dans son quotidien au fil des rues d'Athènes, puis en présentant sa conception de la république. Son auteur, l'une des personnalités dominantes de la littérature allemande du XVIIIe siècle, a été surnommé le Voltaire allemand par madame de Staël. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

On croyait tout savoir de Diogène le Cynique, c'est-à-dire, presque rien. Hormis les paraphrases de son homonyme Laerce, de Claudius Elienus et de quelques autres. Mais voici qu'un livre vient troubler le jeu. Découvert en 1770 par le grand Christophe Martin Wieland, l'auteur d'Obéron, le Voltaire allemand selon Mme de Staël, dans la bibliothèque d'une abbaye de l'ordre de saint *** et étrangement passé sous silence jusqu'à ce jour par les divers commentateurs et hagiographes de notre philosophe. C'est que sans doute le mystère lui sied. Les éditions Manucius ont cru devoir porter à la connaissance de l'honnête homme un texte (1), de la main même de Diogène selon Wieland, (écrit à la craie sur les parois intérieures de son tonneau) qui apporte un éclairage nouveau et décisif sur le Maître de la pensée cynique. Ainsi que quelques inéluctables réparties qui viennent magistralement compléter celles que nous a léguées la tradition. Diogène visitant Platon aurait dit, après avoir traversé grand nombre d'appartements somptueusement décorés, frappant du pied sur un superbe tapis qui couvrait le plancher : « Je foule aux pieds l'orgueil de Platon ! « Et moi, reprit Platon, j'aperçois l'orgueil de Diogène à travers des trous de son habit »... (1). Sans oublier l'excellent Diogène le chien de Paul Hervieu, Manucius 2007.

Fiche Technique

Paru le : 26/10/2011

Thématique : Textes des Philosophes

Auteur(s) : Auteur : Christoph Martin Wieland

Éditeur(s) : Manucius

Collection(s) : Le philosophe

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-84578-131-8

EAN13 : 9782845781313

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 164

Hauteur : 16 cm / Largeur : 12 cm

Épaisseur : 1,2 cm

Poids : 133 g