Chargement...
Chargement...

Le tableau unique qui résumera tous les autres : Francis Bacon à travers Manet et Vélasquez

Auteur : Jean-Marc Moret

Paru le : 10/01/2018
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Collaborateur : Domingo Gasparro

70,00 €
Expedié sous 10 à 15 jours (sous réserve de confirmation)
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

L'oeuvre de F. Bacon comporte des similitudes avec celle d'E. Manet. Comme ce dernier, le peintre anglais a intégré dans ses tableaux toute la peinture des siècles antérieurs. Dans la descendance de Vélasquez et de Manet, il a habilement camouflé ses emprunts aux générations passées, formé à l'art par la lecture du critique J. Meier-Graefe. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

Édouard Manet, Francis Bacon : deux parcours artistiques parallèles et antithétiques ! L'un et l'autre ont voulu insérer dans leur oeuvre toute la peinture des siècles antérieurs. Mais Manet, accusé pour cette raison de plagiat, avait été alors rejeté par le public. Fort de cette leçon, Bacon a si habilement camouflé ses emprunts qu'ils ont échappé à l'attention des plus fins limiers. Felix culpa ! Ses créations, qui s'inscrivent dans la descendance de Velasquez et de Manet, constituent une symphonie dans laquelle les chefs-d'oeuvre de l'art européen résonnent comme autant d'harmoniques, sans jamais couvrir les leitmotive proprement baconiens, « qui ouvrent aux choses les plus grandes et les plus profondes qu'un homme puisse sentir ». Bacon disait qu'il avalait tout, comme les machines pulvérisatrices, et régurgitait les images pour les arranger différemment. Et la force du verbe n'a pas eu moins de pouvoir sur lui : dans les interviews, il réutilisait les propos qu'avaient tenus des poètes ou des peintres célèbres. Clonage ? Il serait plus approprié de parler de cryptomnésie. Bacon croyait sincèrement inventer sur le moment les jugements qu'il portait, tant il les avait assimilés à sa propre sensibilité - son « système nerveux » disait-il. N'est-il pas remarquable que ce peintre, le plus inventif et le plus original de sa génération, se soit assidûment formé au goût et aux idées d'un des historiens d'art les plus stimulants et les plus féconds du XXe siècle, Julius Meier-Graefe ? Autodidacte de génie, Bacon a su ainsi garantir la pérennité de ses créations en les dotant d'une assise inébranlable, lui qui savait toujours, d'instinct, à qui s'adresser pour accéder à la qualité suprême.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

BACON EN TOUTES LETTRES ou quand les écrits inspirent la peinture.

Le Centre Pompidou, sous la direction de Didier Ottinger, propose un regard nouveau sur l’œuvre du peintre britannique Francis Bacon (1909-1992) qui puise chez de nombreux auteurs des images et des émotions, sources d'inspiration d'une quête de la réalité et d'un questionnement du vivant. Les toiles de Bacon ont souvent reflété l’angoisse et la violence de la condition humaine pour atteindre directement « notre système nerveux plutôt que notre esprit » faisant appel en quelque sorte à nos réflexes et notre instinct face à la tragédie.

Fiche Technique

Paru le : 10/01/2018

Thématique : Monographies de peintres

Auteur(s) : Auteur : Jean-Marc Moret

Éditeur(s) : Slatkine H. Champion

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-05-102821-4

EAN13 : 9782051028219

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 334

Hauteur : 30 cm / Largeur : 21 cm

Épaisseur : 22,0 cm

Poids : 220 g