Chargement...
Chargement...

Clelia ou Le pouvoir des prêtres : roman historique et politique : Milan, 1870

Auteur : Giuseppe Garibaldi

Paru le : 03/01/2011
Éditeur(s) : Editions Ex Aequo
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Hors temps
Contributeur(s) : Préfacier : Yves Branca - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Yves Branca - Traducteur : Yves Branca

24,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
0,00 €
Protection:
Acheter en numérique

Résumé

G. Garibaldi livre ses sentiments dans ce manifeste militant écrit sous la forme d'un feuilleton populaire. Ecrit en 1868-1869, depuis l'îlot de Caprera où il est en résidence surveillée, c'est l'histoire romancée et symbolisée de sa dernière tentative pour opérer l'unification avec le reste des Etats de l'Eglise et imposer militairement à V. Emmanuel d'exécuter le transfert de la capitale à Rome. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Rome, 1867. L'Italie est constituée depuis le 7 mars 1861 en royaume unifié, auquel manquaient encore la Vénétie, où l'Autriche maintenait sa domination depuis 1815, et le Latium romain, dernier vestige des États de l'Église, où le pape maintient sa royauté. En 1866, la Prusse, alliée du nouveau royaume, et victorieuse de l'Autriche à Sadowa, a de fait restitué Venise et sa province à l'Italie (le plébiscite ne fut qu'une formalité) ; mais le roi Victor Emmanuel II de Piémont-Sardaigne, héritier de l'attentisme de Cavour, n'ose encore proclamer Rome capitale du royaume, pour ménager son allié Napoléon III, « l'empereur de l'équivoque », lequel, pour ménager lui-même à l'intérieur le puissant parti catholique ultramontain des contre-révolutionnaires français, soutient officieusement le pouvoir du pape. La demi-mesure par laquelle, en 1865, le gouvernement a transféré la Capitale de Turin à Florence est un scandale pour les patriotes italiens de toutes tendances, dont Giuseppe Garibaldi est depuis 1848 le fédérateur et le libre condottière. Arrêté et assigné à résidence dans son île en novembre 1867, après l'échec de sa troisième tentative de forcer le cours de l'histoire pour libérer Rome, il trompe l'ennui de cette oisiveté forcée par deux manifestes politiques sur la « question romaine », sous la forme du roman-feuilleton, où il essaie d'imiter Eugène Sue, et Dumas père, qui fut son ami et compagnon. Le résultat littéraire est très inégal ; c'est pourquoi le traducteur - il s'en explique dans sa préface -, a jugé bon de remédier autant que possible à cette insuffisance, dans l'esprit même des intentions de l'auteur, comme Dumas l'avait fait pour les Mémoires de Garibaldi, mais en respectant rigoureusement l'économie du texte. Clelia, le plus poétique de ses essais romanesques, a deux grands mérites : celui de nous livrer les sentiments d'un homme extraordinaire, dont on a pu dire, en dépit de toutes les étiquettes que lui a collées la manie moderne des idéologies, qu'il fut tout ensemble « à sa façon, conservateur, et révolutionnaire » (Alfonso Piscitelli) ; et celui de nous transporter au coeur de ces terres italiques devenues sujettes de l'histoire après avoir porté les maîtres du monde, demeurée comme hors du temps, et que Garibaldi, en fils généreux, s'efforçait de réveiller d'un long sommeil.

Fiche Technique

Paru le : 03/01/2011

Thématique : Romans historiques

Auteur(s) : Auteur : Giuseppe Garibaldi

Éditeur(s) : Editions Ex Aequo

Collection(s) : Hors temps

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-35962-106-8

EAN13 : 9782359621068

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 301

Hauteur : 22 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 2,2 cm

Poids : 370 g