Chargement...
Chargement...

Champigny-sur-Marne : 1900-1950 : Art nouveau, Art déco, modernisme

Auteur : Charlotte Mus


35,00 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Une description illustrée du patrimoine architectural de la commune de Champigny-sur-Marne datant de la première moitié du XXe siècle. Sont notamment présentés les villas 1900 en pierre meulière locale, le Théâtre antique de la nature fondé en 1905 par l'acteur A. Darmont, la maison scandinave édifiée par C. Garnier pour l'Exposition de 1889 et l'hippodrome du Tremblay. ©Electre 2021

Champigny-sur-Marne Art nouveau - Art déco - Modernisme Lovée dans un méandre de la Marne, Champigny est longtemps restée un bourg agricole aux coteaux couverts de vignes. À partir de 1880, la villégiature parisienne implante ses villas et maisons en bords de Marne, à l'image de la Villa de la Montagne, dont une dépendance est constituée par le Pavillon Scandinave édifié par Charles Garnier à l'Exposition universelle de 1889. Les premières années du XXe siècle voient la construction d'habitations sociales, tandis que le paysage encore champêtre attire peintres, sculpteurs, hommes et femmes de lettres. En 1905, Albert Darmont fonde le Théâtre antique de la Nature qui accueille jusqu'à cinq mille spectateurs. Le comédien habite un curieux manoir néo-médiéval fréquenté par son amie Sarah Bernhardt. De 1906 à 1967, l'hippodrome du Tremblay, dont la décoration intérieure est signée Louis Majorelle, voit affluer les foules du week-end. À partir de 1919, une cité-jardin modèle est projetée dans le cadre de la politique sociale volontariste du maire Albert Thomas. Elle est l'une des plus grandes et des plus remarquables d'Île de France. L'automobile constitue une des faces du patrimoine campinois. En 1932, Charles Deutsch et René Bonnet, deux passionnés de mécanique, fondent la marque DB et participent aux 24 heures du Mans. La décennie 1950 est celle des bords de Marne et de ses guinguettes saisis par le photographe Willy Ronis, de l'édification des premiers grands ensembles de logements sociaux ou encore des pavillons autoconstruits par « Les Castors ». Au même moment, les habitants majoritairement portugais du bidonville du Plateau luttent pour accéder à un minimum de confort. Quelques années plus tard, cette communauté financera la construction de deux monuments commémoratifs en remerciement pour l'aide apportée par la Ville de Champigny et notamment par son maire Louis Talamoni.

Fiche Technique

Paru le : 17/01/2020

Thématique : Patrimoine rural et Architecture vernaculaire

Auteur(s) : Auteur : Charlotte Mus

Éditeur(s) : Archives d'architecture moderne

Collection(s) : Non précisé.

Contributeur(s) : Directeur de publication : Maurice Culot - Collaborateur : Chloé Letoulat-Chotard - Collaborateur : Patricia Masson - Collaborateur : Maximilien Flais - Collaborateur : William Pesson - Photographe : Julien Fontaine

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-87143-357-7

EAN13 : 9782871433576

Format : Non précisé.

Reliure : Relié sous jaquette

Pages : 272

Hauteur : 23 cm / Largeur : 25 cm

Épaisseur : 2,8 cm

Poids : 1275 g