Chargement...
Chargement...

Bandes originales

Auteur : Jean-Vic Chapus

Un coup de coeur de Quentin

Avec "Bandes originales" ayez un autre regard sur les différentes compositions d'artistes de génies s'étant frottés aux sphères du cinéma, de la série télévisée et du jeu vidéo.

Dans Bandes originales de Jean-Vic Chapus vous pourrez retrouver une sélection précise de compositions musicales qui ont marqué le monde du cinéma, de la série mais aussi du jeux vidéo. 

Composé de petits encarts richement détaillés sur les différentes BO présentes au sein de films, séries et jeux vidéos, le travail de nombreux compositeurs est mis en avant. 

Ici nous vous invitons donc à découvrir les autres facettes des compositeurs cités dans les pages de l’ouvrage Bandes originales. Des facettes présentes dans le livre donc vous ne serez pas trop dépaysé par votre périple au sein de nos lignes.


Hans Zimmer, ici cité pour son travail sur Gladiator de Ridley Scott, Interstellar de Christopher Nolan ou encore The Dark Knight : Le Chevalier Noir du même Nolan, est également reconnu pour son travail de musicien sur certains opus de grandes séries vidéoludiques. Comme contribution majeure nous pourrions vous parler de son apport à la saga Call Of Duty dans l’opus Modern Warfare 2 (qui encore aujourd’hui est, avec Modern Warfare 2019, le meilleur opus de la série et un exemple en matière de narration et de scénario de jeu d’action). Petite anecdote, le comparse de Zimmer, Harry-Gregson Williams avec lequel il avait travaillé sur la BO du très sympathique The Rock de Michael Bay, est quant à lui responsable de la composition sur le précédent opus de Call Of Duty, sur Modern Warfare premier du nom. Modern Warfare 2 a su s’imposer très rapidement dans l’imaginaire collectif grâce à sa BO. En témoigne le nombre de memes sur internet dans lesquels sont présents le morceau Estate Betrayal (quand les personnages de Ghost et Roach se font assassiner par le général Shepherd) lorsqu’un moment triste survient. Mais également le morceau Protocol (lorsque Soap et le Capitaine Price traque le général Shepherd en zodiac sur les rivières afghanes) s’imposant sur des clips internet se voulant ouvertement épiques ou spectaculaires.
Et autre travail fort de Hans Zimmer dans la sphère du jeux vidéo avec Crysis 2. Magnifique BO ayant tout compris à l’ambiance anxiogène et menaçante du jeu, la bande originale atteint son paroxysme lors de la scène final du jeu, avec le morceau Epilogue, lorsque Alcatraz/Prophet (pardon pour le spoiler) se relève des ruines du vaisseau alien tombé suite à la bataille de central park.

Autre magnifique incursion dans le monde du jeux vidéo, celle de Trent Reznor. Dans l’ouvrage il est cité comme le compositeur, lui et son compère Atticus Ross, des scores de The Social Network de David Fincher (le film est un immanquable et le morceau Intriguing Possibilities est très certainement le meilleur de l’album) mais aussi de la série télévisée faisant suite à Watchmen (la fresque épique de Zack Snyder, ou le comic book d’Alan Moore et Dave Gibbons à vous de voir) sobrement intitulée Watchmen.

Ici nous pourrons vous conseiller deux autres visions de l’artiste. Avec d’une première part les thèmes de Quake I du studio ID Software (pères fondateurs du FPS avec Wolfenstein 3D et ce qui encore aujourd’hui une des séries de jeux les plus cultes jamais faite nous avons cité DOOM). Les morceaux de la BO de Quake sont en accord avec la dimension métal et grunge que le studio de développement voulait inculquer au jeu, et c’est à juste titre que Reznor compose les musiques du FPS de ID avec son groupe Nine Inch Nail (groupe de métal industriel américain fondé en 1998). 
Puis nous pouvons retenir le featuring opéré par Reznor et Ross avec la chanteuse Karen O sur la reprise de Immigrant Song pour le générique d’ouverture de Millenium : les hommes qui n’aimaient pas les femmes de David Fincher. 

Autre compositeur de génie avec Kenji Kawai, responsable de l’incroyable OST de l’anime Ghost in the shell. Le chef d’orchestre japonais se sera également illustré (dans le mauvais sens du terme pour cette fois) en composant les musiques de l’effroyable long métrage Samouraïs de Giordano Gederlini où un mystérieux samouraï immortel se sert du commerce de jeu vidéo pour se transformer en arme (oui le scénario est complètement absurde, avec en prime la présence de Omar Sy n’échappant pas aux lignes de dialogues légèrement racistes chères aux années 2000). Mais Kenji Kawai est également connu pour avoir donné du son au film d’animation Resident Evil Vendetta ou les bras puissants et musclés de Chris Redfield font équipe avec le brushing impeccable de Leon S. Kennedy. Avec ces deux exemples nous pouvons donc voir qu'en plus de l’animation, Kenji Kawai reste très proche de compositions en lien avec la sphère du jeu vidéo.

Le cinéma et la télévision possèdent une frontière qui se fait de plus en plus floue depuis quelques années, notamment avec l’ère des séries HBO avec des séries comme Frères d’armes (une véritable pépite), Oz, The Wire ou encore True Detective. Et il n’est pas rare de voir certains compositeurs passer du petit au grand écran. Prenons l’exemple de Tyler Bates, ayant oeuvré sur la trilogie John Wick (qui avec les 3 derniers Mission : impossible sont très clairement les meilleurs films d’actions de ces 10 dernières années haut la main) et qui en 2017 a travaillé comme compositeur sur la saison 1 de Marvel’s The Punisher avec, notamment, le score du générique rendant un bien bel hommage au justicier expéditif de chez Marvel.

Enfin, toujours dans cette démarche de passage entre plusieurs médias, nous pouvons citer le génie de la composition : Ramin Djawadi. Dans l’ouvrage de Jean-Vic Chapus, Djawadi est plus ou moins cité pour son travail sur la série HBO Game of Thrones, mais notre cher ami allemand s’est également illustré en travaillant sur des longs métrages comme avec les scores épiques et gonflés aux stéroïdes de Pacific Rim de Guillermo Del Toro (un actionner SF jouissif aidé par une mise en scène intelligente), les thèmes inquiétants, mélancoliques et accrocheurs du chef d’oeuvre télévisuel qu’est Person of Interest ou encore l’OST de l’excellente adaptation en série de Jack Ryan avec John Krasinski (le bon Jim de The Office).
Et troisième corde à son arc, Ramin Djawadi a également composé pour la sphère du jeu vidéo en signant les scores de Medal of Honor 2010 et Medal of Honor Warfighter (bien que inégaux les deux titres ont au moins le mérite de nous proposer pour la première fois un conflit moderne dans la saga) mais surtout une partie des musiques de System Shock II qui, pour l’apparté, sera une immense source d’inspiration pour le futur jeu BioShock de 2K Games (qui reste encore aujourd’hui un chef d’oeuvre de gameplay, de game design, de narration et de design).


Avec ces différents exemples nous aurons tenté de vous montrer que certains des plus grands compositeurs de notre temps possèdent plusieurs casquettes pour le plus grands plaisir de nos oreilles de consommateurs d’images. Nous vous invitons donc à vous plonger dans les différentes oeuvres que nous vous avons partager, en plus de découvrir celles citées dans le très bon Bandes originales de Jean-Vic Chapus.

12,00 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Une sélection commentée d'albums de bandes originales de films, de séries et de jeux vidéo. ©Electre 2023

Malgré le crédit dont il jouit à Hollywood, John Williams ne sera jamais reconnu dans la rue par ceux qui sifflotent ses airs pour Star Wars, Harry Potter ou E.T. Ainsi va la vie des compositeurs de musiques de film, ces personnages souvent peu démonstratifs, parfois dotés de l'oreille absolue, héritiers des maîtres de la musique symphonique. Ce livre propose d'aller à leur découverte ainsi qu'à celle de leurs thèmes écrits pour certains films, séries et jeux vidéo, devenus des marqueurs de la pop culture globale. Des statues du Commandeur Bernard Herrmann, Ennio Morricone ou John Barry aux concepteurs de B.O. diggers de raretés [chez Tarantino], des Nippons fous qui ont agrandi la pop moderne pour le compte de Nintendo aux musiciens échappés dans l'impro (Neil Young chez Jim Jarmusch), tous ont gagné leur place dans l'histoire de la musique actuelle.

Contenus Mollat en relation

Fiche Technique

Paru le : 05/05/2022

Thématique : Musique de film

Auteur(s) : Auteur : Jean-Vic Chapus

Éditeur(s) : GM éditions

Collection(s) : Pépites

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 978-2-37797-167-1

EAN13 : 9782377971671

Reliure : Broché

Pages : 119

Hauteur: 21.0 cm / Largeur 21.0 cm


Épaisseur: 0.8 cm

Poids: 270 g