Chargement...
Chargement...

Que reviennent ceux qui sont loin

Auteur : Pierre Adrian

Un coup de coeur de Sixtine

"Ici, combien d'enfants avaient dormi qui étaient devenus grands ?"
Après dix années d'absence, le narrateur de ce roman revient passer le mois d'août dans la demeure familiale. Située en Bretagne, dans la magnifique région des Abers, "la grande maison" est l'image même de la maison de vacances, que l'on ouvre avec les beaux jours pour la quitter dès les premiers frimas. Maison dont les murs voient passer chaque été un défilé d'oncles et de tantes, de cousin-e-s, d'ami-e-s de la famille, et dont les objets, inchangés depuis des générations, sont aussi impersonnels que familiers. Le narrateur, jeune trentenaire, y a passé toutes ses grandes vacances d'enfant, journées de liberté et d'aventures entre la plage et le jardin, entouré d'une bande de petits du même âge. Puis les étés d'adolescent, avec les soirées au Café du Port, à toiser les locaux et les touristes, et à attendre le point culminant des vacances : la soirée du 15 août et son bal. Puis à ses vingt ans, blasé peut-être de ce devoir familial, il a passé ses étés ailleurs, à travers le monde. A son retour dans la grande maison, dix ans plus tard, rien n'a changé mais tout est différent, les enfants qu'il a côtoyés ne le sont plus, de nouveaux sont apparus qu'il ne connaît pas. Mais il y a toujours ses oncles et tantes, grands-oncles et grandes-tantes, qu'il apprécie de retrouver à leur place habituelle, la grand-mère, presque centenaire, pilier de la maison, et Anne aussi, cette amie d'enfance qui a bien grandi. 
Le mois d'août que raconte Pierre Adrian est baigné par l'inégalable lumière de fin d'été bretonne, qui génère un sentiment très vif de l'instant et, avec lui, celui presque douloureux de la mélancolie. Mélancolie face à ces lieux, ces visages, ces moments aussi, qu'on espère retrouver chaque été inchangés mais que l'on sait voués à disparaître et qui déjà ne sont plus ceux de notre enfance.
Roman de ce qui nous lie, du temps infini des étés d'enfance et de ce qu'on en garde, (de la prise de conscience) du passage à l'âge adulte. Roman du mois d'août, de ses journées qui se languissent tout en laissant déjà pressentir la fin.
C'est très juste, très beau, il est tout à fait possible que vous y laissiez quelques larmes.
20,00 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Après plusieurs années d'absence, un jeune homme séjourne dans la grande maison familiale, le temps d'un été en Bretagne. Flanqué d'un petit cousin qui lui ressemble, il occupe son temps entre les après-midi à la plage et les fêtes sur le port. Il prend conscience du temps qui a passé et bascule vers l'âge adulte. Prix Jean-René Huguenin 2022. ©Electre 2022

Que reviennent ceux qui sont loin

« Là, sur la route de la mer, après le portail blanc, dissimulées derrière les haies de troènes, les tilleuls et les hortensias, se trouvaient les vacances en Bretagne. Août était le mois qui ressemblait le plus à la vie. »

Après de longues années d'absence, un jeune homme retourne dans la grande maison familiale. Dans ce décor de toujours, au contact d'un petit cousin qui lui ressemble, entre les après-midi à la plage et les fêtes sur le port, il mesure avec mélancolie le temps qui a passé.

Chronique d'un été en pente douce qui commence dans la belle lumière d'août pour finir dans l'obscurité, ce roman évoque avec beaucoup de délicatesse la bascule de l'enfance à l'âge adulte.

Contenus Mollat en relation

Vidéos

Chargement...

Sélections de livres

Chargement...

Dossiers

Chargement...

Fiche Technique

Paru le : 18/08/2022

Thématique : Littérature Française

Auteur(s) : Auteur : Pierre Adrian

Éditeur(s) : Gallimard

Collection(s) : Blanche

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 978-2-07-298968-1

EAN13 : 9782072989681

Reliure : Broché

Pages : 180

Hauteur: 21.0 cm / Largeur 14.0 cm


Épaisseur: 1.5 cm

Poids: 250 g