Chargement...
Chargement...

Le théâtre de Lagarce du point de vue de la joie : sur Derniers remords avant l'oubli et Juste la fin du monde

Paru le : 31/05/2012
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : La Licorne, n° 97
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Françoise Dubor

12,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Le théâtre de J.-L. Lagarce est le plus souvent envisagé sous l'angle du tragique et du malheur, par la mise en scène de la défaite de la vie vouée à la maladie mortelle, des malentendus qui briment la communication entre les êtres et d'une souffrance sans issue. L'analyse du concept de joie permet d'envisager l'oeuvre sous un angle nouveau. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

À première vue, une perspective de lecture du théâtre de Jean-Luc Lagarce, qui associe son théâtre à la joie, contrevient aux idées reçues qui tendent à le spécialiser au contraire dans la défaite de la vie vouée à la maladie mortelle, aux malentendus qui briment la communication entre les êtres, à une souffrance sans issue... Il ne s'agit pas tant, ici, de considérer le théâtre de Lagarce comme une illustration littérale de la joie, mais selon sa capacité à travailler cette notion de joie. Et la source étymologique du terme, signifiant «lien», à titre de premier indice, peut nous inciter à rendre compte de tous les réseaux de communication tressés entre les personnages, y compris dans leurs failles (plutôt que leurs faillites, puisque d'une manière ou d'une autre, il y a bien communication, il y a bien transmission de sens, dans les failles mêmes des discours qui fondent aussi tout leur dynamisme, failles et sens confondus auxquels les personnages de Lagarce ne sont ni sourds ni insensibles, même si les mots voient souvent leur sens déplacé). Le théâtre de Lagarce met bel et bien en travail la question du lien, cette source lexicale et sémantique fondatrice de la joie. Gilles Deleuze dans son Abécédaire, passant par Spinoza, Nietzsche, Foucault, munit la joie de ses zones d'ombre et de lumière, dit la joie et son opposé, dit comment et pourquoi. C'est ainsi, semble-t-il, que nous pouvons, à partir de sa réflexion, lire - questionner - le théâtre de Jean-Luc Lagarce. À la lumière, aussi, de quelques autres, Pascal, Bergson, Rosset, la joie est ici examinée, en particulier dans deux pièces : Dernier remords avant l'oubli, et Juste la fin du monde.

Fiche Technique

Paru le : 31/05/2012

Thématique : Essais albums sur le théâtre

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Presses universitaires de Rennes

Collection(s) : La Licorne, n° 97

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7535-1762-2

EAN13 : 9782753517622

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 137

Hauteur : 21 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 1,1 cm

Poids : 202 g