Chargement...
Chargement...

L'oeuvre de Madame d'Epinay écrivain-philosophe des Lumières : actes du premier colloque international consacré à Madame d'Epinay

Paru le : 15/10/2010
Éditeur(s) : L'Harmattan
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Thyrse, n° 1
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Centre transdisciplinaire d'épistémologie de la littérature (Nice) - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Jacques Domenech

28,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
pdf
21,00 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

Madame d'Epinay s'est affirmée comme écrivain philosophe des Lumières. La référence à la morale de sentiment, fondement non confessionnel de la morale pour les philosophes des Lumières, devient récurrente. La recherche et l'innovation pédagogiques constituent des thèmes favoris de son oeuvre, couronnée en 1783 par l'Académie française. Madame d'Epinay jouit d'un rayonnement international. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Femme de salon à la Chevrette, hôtesse de Jean-Jacques Rousseau à l'Ermitage, collaboratrice de la Correspondance littéraire de Grimm et Diderot, Madame d'Épinay a vécu parmi ses «ours» qu'elle a su apprivoiser au moins pour un temps : Duclos, Francueil, Rousseau, Grimm, Diderot... Madame d'Épinay s'est affirmée comme véritable écrivain philosophe des Lumières. C'est ainsi qu'elle fut considérée par des gens de lettres fort distincts, comme son ami et correspondant privilégié Galiani, mais également Voltaire, d'Alembert, d'Holbach, Saint-Lambert, Marmontel. Désignée ironiquement comme philosophe à dix ans, lors d'une présentation au roi, Madame d'Épinay se révéla être vraiment «Philosophe» au sens de Bayle et de Dumarsais. La référence à la morale de sentiment, fondement non confessionnel de la morale pour les philosophes des Lumières - de Montesquieu à Rousseau, de Voltaire à Diderot - devient récurrente. Les Lettres à mon fils sont publiées «à Montbrillant», lieu de naissance symbolique de cette femme de lettres. La recherche et l'innovation pédagogiques constituent un thème de prédilection de son oeuvre. Madame d'Épinay structure sa pédagogie autour du «coeur», de la «vertu» et du «bonheur». Le parti pris philosophique se retrouve dans les Conversations d'Émilie, livre où sa petite-fille est mise au centre de l'oeuvre. Cette oeuvre est couronnée, en 1783, par l'Académie française. L'écriture de soi et l'écriture féminine confinent au chef-d'oeuvre dans l'Histoire de Madame de Montbrillant, paru dans son intégralité en 1952. L'émancipation personnelle, difficile, l'éducation préconisée pour le fils, libertin comme le père, et l'écriture sublimée pour la petite-fille, Émilie, passent par une laïcité bien comprise, comme en témoignent une autobiographie de convenance, et une riche correspondance, pillée par les éditeurs. Ce premier colloque international consacré à l'ensemble de l'oeuvre amorce une reconnaissance tardive mais désormais incontestable. Même si elle fut partiellement et mal éditée, Madame d'Épinay jouit d'un rayonnement international, notamment en Italie, en Allemagne et dans les pays anglo-saxons où l'on trouve éditions, traductions et ouvrages critiques.

Fiche Technique

Paru le : 15/10/2010

Thématique : Auteurs - Critique littéraire

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : L'Harmattan

Collection(s) : Thyrse, n° 1

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-296-12409-7

EAN13 : 9782296124097

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 290

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 465 g