Chargement...
Chargement...

Correspondance Alexandre Vialatte-Henri Pourrat, 1916-1959. Volume 5, De Paris à Héliopolis : mars 1935-juillet 1939

Auteur : Alexandre Vialatte

Auteur : Henri Pourrat

Paru le : 10/07/2008
Contributeur(s) : Directeur de publication : Dany Hadjadj - Directeur de publication : Robert Pickering - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Sylviane Coyault - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Agnès Spiquel

24,80 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Ce volume réunit les 118 lettres échangées entre les deux écrivains juste avant la Seconde Guerre mondiale. Durant cette période, les parcours des deux hommes divergent et leur correspondance devient de plus en plus irrégulière, leurs liens semblant se distendre. A. Vialatte accepte de 1937 à 1939 un poste au lycée d'Héliopolis et évoque ses difficultés financières et les tensions familiales. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

La Correspondance Alexandre Vialatte - Henri Pourrat est un ensemble épistolaire quasi inédit, de plus de mille lettres qu'échangèrent, entre 1919 et 1959, Alexandre Vialatte (1901-1971) et Henri Pourrat (1887-1959). Ce cinquième volume fait suite aux Lettres de collège (1916-1971) publiées en 2001, aux deux tomes des Lettres de Rhénanie (1922-1927) publiées en 2003 et 2004, et au volume Les Grandes Espérances (1928-1934), publié en 2006. Constitué de 118 plis échangés entre janvier 1935 et août 1939, cet ensemble épistolaire comprend les lettres des deux écrivains, comme le volume précédent. Au cours de ces quatre années qui précèdent la seconde guerre mondiale, les « grandes espérances » des deux hommes se ternissent singulièrement. Leurs destinées divergent de plus en plus et leur correspondance est irrégulière ; du fait de leur éloignement leurs liens semblent parfois se distendre. En effet Alexandre Vialatte est désormais installé à Paris, rue Broca avec femme et enfant. Mais les tensions familiales, les incertitudes professionnelles, les difficultés financières s'accumulent et le poussent à s'éloigner ; il accepte donc, de 1937 à 1939, un poste au lycée franco-égyptien d'Héliopolis, dans la banlieue du Caire. Il revient au début de l'été 1939, peu avant que ne soit donné l'ordre de mobilisation générale. Pourrat mène une vie beaucoup plus paisible, familiale et campagnarde. Il fait désormais figure de notable local, découvreur de talents, conseillant les débutants dans leur carrière. Il publie beaucoup : des guides, des essais (Ceux d'Auvergne, Le Secret des Compagnons) et deux recueils de contes (Au Château de Flamboisy, Les Contes de la Bûcheronne) ; mais l'essentiel pour lui est le roman qu'il ne cesse de remanier et qui ne paraîtra pourtant qu'en 1941. Vialatte de son côté est devenu le traducteur attitré de Kafka et de Nietzsche ; et il continue à publier dans la presse. Au cours de cette période paraissent La Basse Auvergne, et le recueil Badonce et les créatures. Pourtant, malgré les encouragements insistants de Pourrat, il ne parvient pas à faire aboutir un seul roman. C'est aussi le contexte national et international qui s'est tragiquement assombri : les inquiétudes des deux amis affleurent parfois - rarement - dans leur correspondance. Ils évoquent plutôt leur vie familiale, leur travail, leurs difficiles relations avec les éditeurs. Ce volume permet donc surtout de dresser un panorama du champ littéraire de l'époque : la place nouvelle qu'y occupent les femmes, les relations entre la vie intellectuelle provinciale et parisienne, et les mutations dans le monde de l'édition.

Fiche Technique

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 253

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 443 g