Chargement...
Chargement...

Le juge et l'historien : considérations en marge du procès Sofri

Auteur : Carlo Ginzburg

Paru le : 10/09/1997
Éditeur(s) : Verdier
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Traducteur : Myriem Bouzaher - Traducteur : Adelin Charles Fiorato - Traducteur : Jean-Louis Fournel - Postfacier : inédite de l'auteur

13,79 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

En mai 1990, trois ex-militants de l'organisation Lotta Continua, dont Adriano Sofri, sont condamnés, sur la seule foi des aveux d'un "repenti", à 22 ans d'emprisonnement pour le meurtre du commissaire Calabresi, assassiné à Milan en mai 1972. Evoquant les procès inquisitoriaux des XVIe et XVIIe siècles, cette affaire interroge l'historien qui se prononce pour la révision du procès. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

Le 17 mai 1972, le commissaire Calabresi est assassiné à Milan. Ce policier avait été présenté, notamment par le journal contestataire Lotta Continua, comme responsable de la mort d'un anarchiste, Giuseppe Pinelli, dont on avait découvert le corps défenestré, en décembre 1969, dans le jardin de la préfecture de police : Pinelli avait été convoqué pour un interrogatoire après le massacre de la Banque de l'Agriculture - attentat qui relevait, on l'a su depuis, de la «stratégie de la tension» mise en œuvre par des éléments néofascistes et d'autres liés à l'appareil d'Etat. Seize ans plus tard, en juillet 1988, Leonardo Marino, ex-militant du groupe Lotta Continua, s'accuse d'avoir participé au meurtre et met en cause ses camarades Ovidio Bompressi, Giorgio Pietrostefani, et Adriano Sofri. Au terme d'un périple judiciaire - sept procès en neuf ans - les trois hommes sont condamnés, sans preuve et sur la seule foi des «aveux» de ce «repenti», à vingt-deux ans d'emprisonnement, tandis que leur accusateur bénéficie de la prescription. Dans cette affaire, l'auteur retrouve maints aspects des procès en sorcellerie, qu'il a souvent étudiés d'un point de vue historique, notamment ceux qu'intenta l'Inquisition aux XVIe et XVIIe siècles. La réflexion méthodologique sur les indices et les preuves, et l'analyse des démarches comparées du juge et de l'historien, se mêlent ici à une étude minutieuse des documents et témoignages, qui révèle l'inconsistance des accusations portées. L'affaire Sofri ne concerne pas le seul lecteur italien : comment fut-elle possible en démocratie ? Bompressi, Pietrostefani et Sofri sont victimes d'une erreur judiciaire qui peut et doit être corrigée.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Débats publics (2013-2014) : « Pourquoi des penseurs en temps de crise ? »

Dans la continuité du cycle « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? » initié la saison dernière, quatre rencontres sur la pensée contemporaine sont organisées par l'Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, le TnBA et la librairie Mollat : Carlo Ginzburg le 23 octobre 2013, Dominique le 11 décembre 2013, Axel Honneth le 4 février 2014 et une grande Nuit des idées le 23 mai 2014.

Fiche Technique

Paru le : 10/09/1997

Thématique : Droit professionel - Institution judiciaire

Auteur(s) : Auteur : Carlo Ginzburg

Éditeur(s) : Verdier

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-86432-268-4

EAN13 : 9782864322689

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 192

Hauteur : 23 cm / Largeur : 15 cm

Épaisseur : 1,3 cm

Poids : 225 g