Chargement...
Chargement...

Un si fragile vernis d'humanité : banalité du mal, banalité du bien

Auteur : Michel Terestchenko

Paru le : 29/09/2005
Éditeur(s) : La Découverte
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (France)

26,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Montre combien est stérile l'opposition entre tenants de la thèse de l'égoïsme psychologique et défenseurs de l'hypothèse d'un altruisme sacrificiel. Propose de penser les conduites humaines face au mal selon un nouveau paradigme : celui de l'absence ou de la présence de soi. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Un si fragile vernis d'humanité Banalité du mal, banalité du bien On a pu croire ou espérer, un temps, que les monstruosités de la Seconde Guerre mondiale étaient derrière nous. Définitivement. Or partout, à nouveau, on massacre, on torture, on extermine. Comment comprendre cette facilité des hommes à entrer dans le mal ? La réponse à cette question devient chaque jour plus urgente. Michel Terestchenko rouvre ici le débat. D'abord, en complétant la démonstration de Hannah Arendt : de même que ce ne sont pas seulement des monstres qui basculent dans l'horreur mais des hommes ordinaires, trop ordinaires, de même, montre-t-il, il n'est pas besoin d'être un saint pour accomplir le juste et secourir des victimes au risque de sa vie. Héros ou salaud ? C'est toujours une petite décision initiale, à peine perceptible, qui décide du côté dans lequel, une fois engagé, on se retrouvera in fine. Mais qu'est-ce qui explique cette décision ? C'est là où l'enquête de M. Terestchenko prend toute son ampleur. En procédant à une reconstitution critique du débat central de la philosophie morale depuis le XVIIe siècle, aujourd'hui relayé par la majorité des sociologues et des économistes, elle montre combien est stérile l'opposition entre tenants de la thèse de l'égoïsme psychologique et défenseurs de l'hypothèse d'un altruisme sacrificiel. Ce n'est pas par « intérêt » qu'on tue ou qu'on torture. Ni par pur altruisme qu'on se refuse à l'abjection. Les travaux qui analysent les phénomènes de soumission à l'autorité, de conformisme de groupe ou de passivité face à des situations de détresse, invitent à comprendre tout autrement les conduites de destructivité. Tirant les conclusions philosophiques de recherches récentes entreprises en psychologie sociale et s'appuyant sur certains exemples historiques particulièrement éclairants - tel le cas de Franz Stangl, le commandant de Treblinka, ou, à l'opposé, les actions héroïques du pasteur André Trocmé et de sa femme Magda au Chambon-sur-Lignon -, l'auteur propose de penser les conduites humaines face au mal selon un nouveau paradigme : celui de l'absence ou de la présence à soi.

Fiche Technique

Paru le : 29/09/2005

Thématique : Textes de sociologues

Auteur(s) : Auteur : Michel Terestchenko

Éditeur(s) : La Découverte

Collection(s) : Recherches. Bibliothèque du MAUSS

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7071-4612-9

EAN13 : 9782707146120

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 302

Hauteur : 22 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 2,4 cm

Poids : 386 g