Chargement...
Chargement...

L'unique et sa propriété

Auteur : Max Stirner

Paru le : 25/10/2000
Éditeur(s) : La Table ronde
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Traducteur : Henri Lasvignes - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Cécile Guérard

10,20 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

L'origine de la pensée de Stirner se trouve dans le courant de la critique pure, issu de l'aile gauche de l'hégélianisme. L'erreur de la critique pure provient de son caractère négatif et abstrait, le moment positif de la réalité qui doit résulter de cette négation, n'est pas l'histoire comme le pense Hegel, mais l'individu dans sa réalité fondamentale et absolue. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Max Stirner (de son vrai nom Johann Caspar Schmitt) est né à Bayreuth en 1806. Il suivit à l'Université de Berlin les cours de Hegel et devint professeur dans une institution de jeunes filles. Vers 1840-1841, il entre en relation avec le groupe des Freien («Hommes libres»), où il fréquente les jeunes-hégéliens Bruno et Edgar Bauer, Arnold Ruge, Friedrich Engels... Il s'y fit remarquer par sa réserve et son radicalisme. A tel point que Engels écrivit : «Regardez Stirner, regardez-le, le paisible ennemi de toute contrainte./Pour le moment, il boit de la bière, bientôt il boira du sang comme si c'était de l'eau./Dès que les autres poussent leur cri sauvage "A bas les rois !"/Stirner complète aussitôt "A bas aussi les lois !".» Ce radicalisme, Stirner l'exposera dans L'Unique et sa propriété (1844). Présenté souvent comme le bréviaire de l'individualisme anarchiste, ce livre est avant tout une récusation de la société et de ses lois, du christianisme et des autres religions, de l'hégélianisme - de l'Esprit (Hegel), de l'Homme (Feuerbach), de la Liberté (Bruno Bauer) et du Socialisme (Proudhon, Hess, Weitling). Max Stirner réfute toute idée morale ; tout ce qui se place au-dessus de l'individu est rejeté comme limite du Moi, de l'Egoïste, de l'Unique. Lors de sa parution, L'Unique et sa propriété ne laissa personne indifférent. Bauer, Feuerbach, Hess... lui répliquèrent. Quant à Marx et Engels, ils consacrèrent la plus grande partie - presque aussi longue que le livre attaqué - de leur Idéologie allemande à vitupérer «saint Max». Puis L'Unique tomba dans l'oubli. Stirner termina sa vie, misérable, criblé de dettes, vivant de travaux de librairie (il traduisit Jean-Baptiste Say et Adam Smith). Il mourut en 1856 des suites d'une piqûre de mouche charbonneuse. Mais son livre reste, comme l'écrit son traducteur Henri Lasvignes, «la plus forte expression de dégoût de l'hypocrisie sociale contemporaine».

Fiche Technique

Paru le : 25/10/2000

Thématique : Textes des Philosophes

Auteur(s) : Auteur : Max Stirner

Éditeur(s) : La Table ronde

Collection(s) : La petite Vermillon, n° 126

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7103-0996-3

EAN13 : 9782710309963

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 416

Hauteur : 18 cm / Largeur : 11 cm

Épaisseur : 2 cm

Poids : 235 g