Chargement...
Chargement...

La doctrine du droit de 1812

Auteur : Johann Gottlieb Fichte

Paru le : 03/03/2005
Éditeur(s) : Cerf
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Passages
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Isabelle Thomas-Fogiel - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Anne Gahier - Traducteur : Anne Gahier - Traducteur : Isabelle Thomas-Fogiel

29,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Entre avril et juin 1812, deux ans avant sa mort, J. G. Fichte donne à l'université de Berlin une série de leçons sur le droit. Il y témoigne de la permanence de ses idéaux universalistes et affirme que "le droit s'applique à tout être humain en tant qu'être humain". I. Thomas-Fogiel lie ce texte au "Fondement du droit naturel selon les principes de la doctrine de la science", écrit en 1796. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Entre avril et juin 1812, soit moins de deux ans avant sa mort, Fichte donne à l'université de Berlin une série de leçons sur le droit. Cette Doctrine du droit de 1812 est décisive à plus d'un titre. Elle témoigne d'abord de la permanence des idéaux universalistes de Fichte et par suite de la radicale fausseté de son portrait en penseur nationaliste, agressif et guerrier. Dans cette Doctrine du droit de 1812, comme dans son ouvrage de 1796, Fichte affirme en effet que «le droit s'applique à tout être humain en tant qu'être humain», il démontre que «la liberté concerne tout le monde de la même manière» et développe enfin l'idée d'une «confédération de tous les États» qui établirait «la paix de manière sûre et pour l'éternité». Ce texte révèle aussi la profonde originalité de Fichte. D'abord quant au statut de la sphère juridique puisque le droit, clairement séparé de la morale, n'est pas, pour autant, indexé sur une quelconque nécessité de l'histoire ni fondé sur les coutumes de chaque pays. Originalité ensuite au niveau des contenus développés, tant dans le «concept de la relation juridique» que dans la notion de propriété ou de «contrat social». Sa théorie de la propriété est rigoureusement sans équivalent dans l'histoire du droit puisque, pour le philosophe, la propriété n'est plus possession de biens matériels (choses ou territoires) mais devient l'accès à une sphère du travail et une sphère du loisir garanties par l'État. La définition du rôle de l'État, la détermination des limites de la loi pénale (contre la peine de mort), ou encore la détermination du droit international, et, pour les apatrides, le développement d'un droit cosmopolitique, etc., tous ces thèmes contribuent à faire de cet ouvrage l'un des plus importants de la philosophie juridique.

Fiche Technique

Paru le : 03/03/2005

Thématique : Textes des Philosophes

Auteur(s) : Auteur : Johann Gottlieb Fichte

Éditeur(s) : Cerf

Collection(s) : Passages

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-204-07601-5

EAN13 : 9782204076012

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 193

Hauteur : 24 cm / Largeur : 15 cm

Épaisseur : 1,3 cm

Poids : 284 g