Chargement...
Chargement...

Langage, vie politique et mouvement des animaux : études aristotéliciennes

Auteur : Jean-Louis Labarrière

Paru le : 02/11/2004
Éditeur(s) : Vrin
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

35,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

L'ouvrage est composé de 3 études : La phone, Les animaux politiques et Le mouvement des animaux. Analyse la zoologie aristotélicienne. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Les traités de zoologie d'Aristote ne sont nullement des traités mineurs, voire anecdotiques, mais des traités à inscrire au contraire dans la vaste «enquête sur la nature» qu'il entendait mener et qui caractérise si bien sa philosophie. Qu'en est-il cependant des capacités animales telles qu'Aristote les a décrites? Le problème est autre, tant, dans nombre de recherches récentes, les animaux eux-mêmes semblent avoir été parfois comme oubliés en chemin au profit de recherches plus épistémologiques. C'est ce singulier «oubli» que ces études voudraient commencer de réparer en s'attachant à ce qu'Aristote dit effectivement de la vie même des animaux et de leurs capacités à communiquer, à vivre en société, voire tout simplement à se mouvoir. Qu'en est-il exactement de la différence entre la voix que possèdent certains animaux et le langage propre aux êtres humains? Comment se peut-il qu'Aristote qualifie certains autres animaux que l'homme de «politiques» et non seulement de «grégaires»? Par quels mécanismes psychologiques et physiologiques les animaux se mettent-ils en mouvement? Que cherche à expliquer le prétendu «syllogisme pratique»? Telles sont les questions abordées dans ces études. Si ces questions sont encore largement les nôtres, il n'en sera que plus pertinent d'aller chercher quelles réponses Aristote y apporta. L'histoire de la philosophie et l'histoire des sciences croiseront ainsi notre questionnement contemporain en psychologie comparée, en éthologie, dans les sciences cognitives, voire dans cette discipline qui a si mauvaise réputation: la sociobiologie. Et si Aristote, tenu aussi bien pour le fondateur de la zoologie et de la «biologie» que pour celui de la différence ontologique entre l'homme et l'animal du fait que seul l'homme possède en propre le logos, devait être aussi tenu pour le «père» de la sociobiologie?

Fiche Technique

Paru le : 02/11/2004

Thématique : Textes des Philosophes

Auteur(s) : Auteur : Jean-Louis Labarrière

Éditeur(s) : Vrin

Collection(s) : Problèmes et controverses

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7116-1706-8

EAN13 : 9782711617067

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 270

Hauteur : 22 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 1,6 cm

Poids : 415 g