Chargement...
Chargement...

Simone Weil : philosophie, mystique, esthétique : actes du colloque international du centenaire de Simone Weil, les 21 et 22 janvier 2010 à Budapest

Paru le : 29/06/2012
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Organisateur d’un congrès : Institut français (Budapest) - Directeur de publication : Gizella Gutbrod - Directeur de publication : Joël Janiaud - Directeur de publication : Enikö Sepsi - Préfacier : Miklos Vetö

21,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Un ensemble de contributions qui resituent la pensée de Simone Weil, souvent perçue comme un penseur politique et social, dans la tradition des penseurs classiques de l'Occident, pensée nourrie de spiritualité et inspirée des enseignements fondateurs du christianisme. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Dans de nombreux pays, on lit Simone Weil avant tout comme penseur politique et social ; toutefois, cette philosophe n'a jamais cessé d'être une disciple des penseurs classiques de l'Occident qu'elle réintègre dans une doctrine métaphysique et morale, nourrie par l'expérience spirituelle, formulée selon les termes des enseignements fondateurs du christianisme. La philosophie weilienne est de facture très classique : exposée dans des textes restés fragments, elle ne forme pas moins un ensemble de doctrines qu'unifie une intuition morale de portée proprement métaphysique. Cet esprit généreux, inspiré par le désir du service du prochain, considère l'obéissance, l'humilité, la pauvreté comme autant de principes de toute doctrine sur l'homme et sur le monde. La prescription de l'obéissance, de l'humilité, de la pauvreté traduisent une conception du moi qui, ayant une condition métaphysique illégitime de centre du monde, est appelé à renoncer à soi, à s'abandonner. Bref, créature jouissant d'une position usurpée de centre, il ne réalise sa vérité que par la décréation. La décréation ramène le moi à la condition qui lui est propre d'un point de vue moral aussi bien que métaphysique. La reconnaissance de notre néant, la réalisation conceptuelle aussi bien qu'effective de ce non-être, de cette non-valeur que nous sommes n'est pas néanmoins source d'un ascétisme stérile : elle n'a rien à voir avec un régime d'anorexie métaphysique. La décréation met fin à la prétention d'un individu de compter plus que tout autre, de valoir comme une fin en soi exclusive et elle ouvre la voie devant la compréhension profonde et la pratique véritable de l'éthique et de l'esthétique.

Fiche Technique

Paru le : 29/06/2012

Thématique : Textes des Philosophes

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Archives Karéline éditions

Collection(s) : Les cahiers de philosophie de l'Institut français de Budapest

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-35748-091-2

EAN13 : 9782357480919

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 171

Hauteur : 22 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 1,6 cm

Poids : - g