Chargement...
Chargement...

Critique de la déraison évolutionniste : animalisation de l'homme et processus de civilisation

Auteur : Salvador Juan

Paru le : 18/02/2006
Éditeur(s) : L'Harmattan
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

29,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
epub
21,75 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

Analyse l'application dans l'histoire des idées, de cadres théoriques des sciences du vivant, en particulier de l'évolutionnisme, dans le domaine des sciences humaines. Réfute l'usage de l'idée de progrès dans l'étude des sociétés, des changements sociaux et humains et souligne la dimension idéologique de la pensée évolutionniste. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Critique de la déraison évolutionniste Animalisation de l'homme et processus de « civilisation » Pour l'évolutionnisme, le changement est continuel et l'humanité s'est installée dans un processus linéaire, sans césures, la conduisant vers un bien-être toujours supérieur. Bien avant Darwin, l'évolutionnisme social considère que le progrès fonde l'histoire. Là où il est né, il valorise aussi l'abondance économique pour elle-même, le productivisme, puis l'accumulation de connaissances toujours plus particulières et cloisonnées, le scientisme. Enfin, l'infériorisation ethnocentrique de ceux qui n'ont pas choisi cette voie de développement social - presque toujours sous la forme de l'animalisation des êtres humains - complète le tableau d'une domination sociale que la colonisation a matérialisée. Si ce n'est pas la biologie des XVIIIe et XIXe siècles qui a inventé un tel système symbolique et idéologique, elle lui a donné une caution scientifique et une légitimité nouvelles, le renforçant et le pérennisant, en particulier par la sociobiologie qui fait aujourd'hui un grand retour et empiète toujours plus sur l'anthropologie. Or, l'évolutionnisme social n'a aucun fondement empirique sérieux. Dans une perspective essentiellement sociologique (mais examinant aussi des approches économiques, historiques, biologiques, psychologiques, archéologiques), cet ouvrage relève les jugements de valeur et les erreurs scientifiques, objectivement constatés, que cette idéologie a installés dans la pensée sociale, depuis les confusions les plus élémentaires jusqu'aux rhétoriques plus élaborées de la « Modernité ». Il montre l'inconséquence et le danger des analogies ou glissements de sens des sciences de la nature ou de la vie vers les sciences sociohumaines ; il dénonce surtout les prétentions de la biologie à expliquer les institutions, la double naturalisation de l'histoire et des rapports sociaux qui se renouvèle de nos jours. Aux apories de la déraison évolutionniste, l'ouvrage oppose les rudiments d'une socio-anthropologie, échafaudée sur les concepts de symbolique, de rupture et d'historicité pour poser les jalons d'une vision plus réaliste du changement social.

Fiche Technique

Paru le : 18/02/2006

Thématique : Textes de sociologues

Auteur(s) : Auteur : Salvador Juan

Éditeur(s) : L'Harmattan

Collection(s) : Sociologies et environnement

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-296-00283-8

EAN13 : 9782296002838

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 431

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 586 g