Chargement...
Chargement...

L'extrême droite, l'école et la République : petits détours par l'histoire...

Auteur : Jean-Michel Barreau

Paru le : 15/05/2003
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

10,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Analyse des rapports que l'extrême droite entretient avec l'actuelle école de la République. Soutient que l'extrême droite reste fidèle à son passé, historiquement opposée à l'école républicaine depuis sa mise en place par les lois Ferry sous la IIIe République et diabolisant l'institution scolaire en la considèrant notamment comme le lieu de la décadence. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

L'extrême-droite a fait une apparition spectaculaire sur la scène politique française en se plaçant au second tour de l'élection présidentielle d'avril 2002. Si l'on connaît assez bien les grandes orientations de ces formations sur quelques sujets majeurs (immigration, insécurité, Europe), on connaît moins leurs thématiques connexes. En l'occurrence sur l'école, elles ont une importante production idéologique et une politique offensive prête à l'emploi. Leurs discours sont ceux de la diabolisation de l'école de la République et leurs politiques sont celles de la répression. Diable!, monstre!, communiste!, disent-ils de cette école contemporaine, pour rajouter ensuite décadence!, illettrisme!, laxisme!, barbarie!, affairisme!, pornographie! ou pédophilie! Cette école qu'ils détestent, ils veulent la sanctionner en la débarrassant de ses «lubies idéologiques», en abolissant le collège unique, en supprimant les instituts universitaires de formation des maîtres, les zones d'éducation prioritaire, l'Institut national de la recherche pédagogique. À l'inverse, ils réclament la «séparation de l'école et de l'État» et l'instauration du «coupon scolaire». En livrant de tels assauts contre l'école actuelle, l'extrême-droite ne fait que perpétuer les guerres qu'elle a toujours menées contre l'école de la République. Quelques petits détours par l'histoire permettent d'en témoigner. Jules Ferry voulait-il l'école laïque, gratuite et obligatoire? Ses adversaires les plus virulents parlaient déjà de «monstre aux cent gueules». Plus tard, Édouard Herriot réclamait-il la gratuité du secondaire? Ils criaient: «Trouvaille diabolique». Puis, le collège de René Haby sera le «collège des soviets». Quant à la «décadence» scolaire dont l'extrême-droite contemporaine fait ses gros titres, elle est concomitante de l'histoire de l'école. Les ennemis des lois scolaires républicaines prophétisaient déjà meurtres, prostitution et suicides. Contre celles des années 1920, ils promettaient nivellement, déclassements et déracinements en tous genres. Dans les années 1970, ils crieront au «sacrifice de génération». Quant aux sanctions politiques que prévoient les programmes du Front national ou du Mouvement national républicain, à bien des égards, le gouvernement de Vichy les avaient déjà mises en oeuvre...

Fiche Technique

Paru le : 15/05/2003

Thématique : Histoire de l'école

Auteur(s) : Auteur : Jean-Michel Barreau

Éditeur(s) : Syllepse Ed. Nouveaux regards

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-84797-051-7

EAN13 : 9782847970517

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 127

Hauteur : 23 cm / Largeur : 17 cm

Épaisseur : 0,7 cm

Poids : 220 g