Chargement...
Chargement...

Le genre des territoires : masculin, féminin, neutre

Paru le : 01/05/2004
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Directeur de publication : Christine Bard

20,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

En se posant la question du genre (masculin ou féminin) d'un territoire, on se pose la question de savoir si le pouvoir qui s'y exerce est masculin ou féminin. Mais n'y a-t-il pas une certaine neutralisation du genre ? ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Féminin, masculin, neutre: les territoires ont-ils un genre? À l'instar de la géographie qui s'intéresse désormais aux «pratiques spatiales de sexe», les autres sciences humaines peuvent lire avec les concepts de genre et de territoire le monde social, l'imaginaire, et pourquoi pas, la psyché. Carte blanche, pour réfléchir à ces espaces délimités et appropriés, sur lesquels un pouvoir s'exerce imposant ses règles, ses normes, ses exclusions, espaces que nous appelons territoires. Premier constat, dans cette cartographie, le pouvoir masculin s'impose, ne laissant aux femmes que des niches territoriales. Cette ségrégation sexuelle de l'espace met en évidence des territoires réservés, au sens propre et au sens figuré, casernes, couvents, cuisines... Rien de statique cependant dans cette répartition: la féminisation des vieux bastions masculins est en marche. Et puis mille et une ruses et transgressions subvertissent le genre des territoires, à commencer par les marges, les zones instables, aux frontières poreuses. Les plagistes, les romanciers du XIXe siècle, les lesbiennes de Montréal, les élégantes spectatrices des procès d'assises, les femmes célèbres statufiées défilent à l'appui de cette thèse. La mixité s'impose, sinon dans la réalité, du moins dans l'idéal démocratique. Mais rien n'est moins évident que le mélange des sexes et des genres. La majorité des études réunies montre le poids de la logique binaire du genre. C'est une interrogation sur l'indifférenciation des genres du genre qui clôt cet ouvrage. Dans la folie, dans l'imaginaire du pouvoir pharaonique, dans la figure du monstre, dans le désert, dans le désir, se dessinent des paysages sans limites de sexe et de genre. En eux se projette peut-être l'utopie du neutre, mais aussi celle de l'ouverture de mondes dans lesquels sont révélées et en même temps remises en cause les fondations traditionnelles de nos cultures. L'équipe qui a préparé le colloque et cette publication est composée de Christine Bard (histoire contemporaine, Université d'Angers / Institut universitaire de France) Bertrand Bergier (sociologie, Université Catholique de l'Ouest - UCO), Yves Denéchère (histoire contemporaine, Université d'Angers), Patricia Gaillard (histoire ancienne, Université d'Angers), Geneviève Guilpain (philosophie, Université de Paris VIII), Martine Lavaud (lettres modernes, Université de Montpellier), Patrick Martin-Mattera (psychopathologie et psychanalyse, UCO), Dalila Morsly (linguistique, Université d'Angers), Alain Mouchès (psychologie et éthologie, UCO), Vincent Veschambre (géographie, Université d'Angers). Hugues de Changy (Maison des sciences humaines, Université d'Angers) s'est chargé de la majeure partie de l'organisation. L'équipe se réunit au sein de l'unité de recherche A1 Altérités et intégration, dans le cadre du Programme angevin en sciences humaines dont la thématique est: Les recompositions territoriales au risque de l'exclusion. Cette publication a bénéficié de l'aide du Programme angevin en sciences humaines 2H2S.

Fiche Technique

Paru le : 01/05/2004

Thématique : Sociologie des femmes

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Bibliothèque universitaire d'Angers

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-903075-98-0

EAN13 : 9782903075989

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 352

Hauteur : 24 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 2,2 cm

Poids : 465 g