Chargement...
Chargement...

Une chambre en ville : hôtels meublés et garnis à Paris 1860-1990

Auteur : Alain Faure

Auteur : Claire Lévy-Vroelant


32,45 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Le logement populaire à Paris était constitué de maisons et hôtels meublés destinés aux salariés et aux ouvriers les plus modestes, c'était les garnis. Au XIXe siècle il répondait à une forte demande d'une population de migrants, aujourd'hui ce système est en train de disparaître. Cette recherche sur 130 ans d'histoire permet une réflexion sur la politique du logement. ©Electre 2021

Cet ouvrage retrace l'histoire méconnue d'un secteur du logement populaire à Paris : les «garnis», à savoir les maisons et hôtels meublés à destination des salariés modestes et des ouvriers. Certains drames de l'année 2005 (incendie de l'hôtel Paris-Opéra : 25 morts) ont de nouveau attiré l'attention sur les rares hôtels meublés qui subsistent aujourd'hui, vétustes et surpeuplés, signe de la pénurie de logements pour les plus démunis. Or, jadis, ces établissements pullulaient dans Paris : près de 10 000 logeurs en 1880, et près de 200 000 personnes logées ; au tout début des années 1930, avant la crise économique, près de 350 000 Parisiens (11 % de la population de la capitale !) ne vivaient pas dans leurs meubles. Le migrant d'origine provinciale ou étrangère venant à Paris pour travailler s'installait tout naturellement à l'hôtel. Avoir une chambre en ville, c'était le gage banal d'une indépendance minimum. Cette fonction de sas valait surtout pour les hommes ; les femmes, à leur arrivée à Paris, occupaient plutôt des emplois où elles étaient nourries et logées. Avec la crise économique des années 1930, le secteur commença un lent déclin. Au moment de la crise du logement des années 1950, l'hôtel meublé retrouva un second souffle. Le déclin s'accéléra ensuite dans les années 1960. Le garni était devenu dans l'opinion et pour l'État synonyme de taudis et de logement insalubre, destructeur de la famille et de la morale et une partie de ses habitants put accéder au logement social de masse. Subsistèrent longtemps des formes particulières d'accueil des plus pauvres : vieilles maisons insalubres du centre et des faubourgs, bidonvilles, foyers de travailleurs, cités de transit... Rôle rempli auparavant - et souvent infiniment mieux - par le garni. Maintenus en vie comme substitut dérisoire au logement social déficient, ou bien transformés en «résidences sociales», les hôtels sont aujourd'hui bien loin de leur rôle ancien d'habitat de transition entre migration et intégration en ville. Leur survivance, signe de la misère des temps, est aussi le gage du maintien des plus pauvres dans la ville.

Fiche Technique

Paru le : 03/05/2007

Thématique : Sociologie de la culture

Auteur(s) : Auteur : Alain Faure Auteur : Claire Lévy-Vroelant

Éditeur(s) : Créaphis

Collection(s) : Non précisé.

Contributeur(s) : Préfacier : Andrée Michel

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-913610-95-1

EAN13 : 9782913610958

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 430

Hauteur : 23 cm / Largeur : 17 cm

Épaisseur : 3,3 cm

Poids : 1009 g