Chargement...
Chargement...

Sabina Spielrein, entre Freud et Jung

Paru le : 10/03/2004
Éditeur(s) : Aubier
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Psychanalyse
Contributeur(s) : Auteur : Sabina Spielrein - Auteur : Sigmund Freud - Auteur : Carl Gustav Jung - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Michel Guibal - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Jacques Nobécourt - Traducteur : Mathilde Armand - Traducteur : Marc Buhot de Launay - Traducteur : Pierre Rusch

21,40 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Née à Rostov en 1885, décédée à Odessa vers 1937, S. Spielrein a été suivie en analyse par Jung en 1905 puis s'est ralliée aux thèses de Freud en 1911. Cette documentation a été découverte par A. Carotenuto à Genève en 1977. Elle comprend des fragments du journal de S. Spielrein, ses lettres à Jung et à Freud, des lettres de Freud et quelques articles théoriques. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Entre Freud et Jung, du premier instant de leur amitié au premier instant de leur rupture, il y eut une femme: Sabina Spielrein. Jeune juive de Rostov-sur-le-Don, elle arrive à Zurich en 1905 pour s'inscrire à la faculté de médecine mais sera finalement internée au Burghölzli, où travaillent les psychiatres Bleuler et Jung. Sabina a vingt ans, Jung trente. Il la prend en traitement, puis en analyse. Entre eux, c'est une incroyable passion amoureuse qui va naître. Mais Jung n'est pas seulement son analyste, il est aussi marié. La cure connaît un certain succès puisque Sabina pourra quitter le Burghölzli et, encouragée par Jung, entreprendre ses études de médecine et se destiner à la psychanalyse. Pourtant, dès 1909, elle lance un appel au secours à celui qui est alors très proche de Jung, Freud: «Je voudrais me séparer complètement du Dr Jung et suivre mon propre chemin.» En 1911, ayant soutenu sa thèse, Sabina Spielrein rejoint Vienne, où elle est admise à la Société psychanalytique: elle choisit Freud et restera freudienne. Son premier texte personnel sur La Destruction comme cause du devenir est cité par Freud comme l'une des sources de ses propres réflexions sur la pulsion de mort. De ce personnage, de cette histoire, de cette élaboration intellectuelle, le public ignore presque tout. Un itinéraire qui appartient au patrimoine commun de la psychanalyse (Freud) et de la psychologie analytique (Jung). Ce livre rassemble des lettres de Sabina Spielrein à Jung et Freud, des lettres de Freud à Sabina, des fragments de son journal, ainsi que des articles théoriques d'une prescience étonnamment moderne, en particulier lorsque Sabina Spielrein touche à la question du langage. Ces documents offrent également un éclairage tout à fait nouveau sur un moment décisif de l'histoire de la psychanalyse. Couverture: Sabina Spielrein © Institut Claparède. Précédée d'une longue étude du professeur Aldo Carotenuto, psychanalyste jungien, l'édition française est présentée et commentée par Michel Guibal et Jacques Nobécourt, l'un psychiatre et psychanalyste, l'autre historien, anciens membres de l'École freudienne de Paris, fondée, dirigée et dissoute par Jacques Lacan. Traduction de l'allemand par Marc B. de Launay (lettres de Freud à S. Spielrein) et Pierre Rusch (lettres à Jung et journal de S. Spielrein). Traduction de l'italien (texte d'A. Carotenuto) par Mathilde Armand.

Contenus Mollat en relation

Fiche Technique

Paru le : 10/03/2004

Thématique : Textes de psychanalyse

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Aubier

Collection(s) : Psychanalyse

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7007-2437-2

EAN13 : 9782700724370

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 383

Hauteur : 22 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 2,5 cm

Poids : 405 g