Chargement...
Chargement...

Socio. n° 5, Inventer les sciences sociales postoccidentales

Paru le : 29/10/2015
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Directeur de publication : Laurence Roulleau-Berger

22,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Dans un contexte de circulation et de globalisation des savoirs, de nouveaux centres de production des savoirs se sont développés en Asie, poussant à la marginalisation l'eurocentrisme scientifique et les traditions européennes. Cette révolution dans les sciences sociales implique des rencontres, des tensions mais aussi des "blancs épistémologiques" entre savoirs d’Europe et d'Asie. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

«[...] qui, en France, en dehors de quelques érudits ou spécialistes, pourrait citer une quinzaine ou une vingtaine d'auteurs contemporains incarnant le renouveau de la pensée par exemple en Inde, en Chine, au Japon ou en Corée ? Les déclarations d'intention ne suffisent pas, nous devons entrer bien plus nettement dans un espace intellectuel et scientifique peuplé également de tels auteurs.» Michel Wieviorka «Avec la circulation et la globalisation des connaissances, de nouveaux centres et de nouvelles périphéries se forment, de nouvelles hiérarchies apparaissent plus ou moins discrètement qui produisent des compétitions et des concurrences pour le développement de "nouveaux" savoirs. Les centres de production de la connaissance en sciences humaines se sont largement déplacés vers l'Asie du Sud, du Sud-Est, orientale, centrale, pacifique. La critique de l'eurocentrisme déjà bien engagée par Edward Said, Immanuel Wallerstein, Dipesh Chakrabarty, Gayatri Chakravorty Spivak, Syed Farid Alatas... s'est largement affirmée dans cette période d'internationalisation des savoirs.» Laurence Roulleau-Berger «En tant que "science bourgeoise", la sociologie chinoise a cessé d'exister pendant presque trente ans, entre le milieu du XXe siècle et la fin des années 1970, juste avant la Réforme chinoise. Depuis la Réforme et l'ouverture, elle a connu un développement rapide, de même que l'économie et le droit. La sociologie chinoise se définit précisément par cette "conscience des problèmes", qui prend forme grâce à l'enquête sur les grands problèmes pratiques et la recherche de solutions. En un sens, une école sociologique chinoise contemporaine est en train de voir le jour, assez proche de ce que fut l'école de Chicago en son temps.» Li Peilin «L'intérêt que Foucault portait à la théorie économique de la pénalité était de l'ordre de l'évidence : la politique pénale qui en dérivait n'avait besoin ni de discipline, ni de conception de la dangerosité, ni de la profession psychiatrique, ni même des sociologues. Comme Becker l'a écrit en 1968 : "[...] une théorie utile du comportement criminel peut se passer de théories spéciales de l'anomie, de défauts psychologiques, ou d'hérédité de caractères spéciaux, et simplement étendre l'analyse habituelle et préférée de l'économiste". Ce qui aurait mené Foucault à déclarer, au Collège de France, que du point de vue de l'analyse économique de Becker, "la bonne politique pénale ne vise aucunement à une extinction du crime, mais à un équilibre entre des courbes d'offre de crime et de demande négative. Ou encore : la société n'a pas un besoin indéfini de conformité. La société n'a aucunement besoin d'obéir à un système disciplinaire exhaustif".» Bernard E. Harcourt

Fiche Technique

Paru le : 29/10/2015

Thématique : Textes de sociologues

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Maison des sciences de l'homme

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7351-2032-5

EAN13 : 9782735120321

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 281

Hauteur : 22 cm / Largeur : 17 cm

Épaisseur : 2,1 cm

Poids : 550 g