Chargement...
Chargement...

Rwanda, 6 avril 1994 : un attentat français ?

Auteur : Michel Sitbon

Paru le : 22/03/2012
Éditeur(s) : Aviso
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

5,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Directeur des éditions Esprit frappeur et auteur d'"Un génocide sur la conscience" (1998), M. Sitbon revient sur les événements qui ont entouré le génocide rwandais, en particulier l'attentat en avril 1994 contre le président Habyarimana, et sur l'implication de la France. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

10 janvier 2012. Lenquête scientifique dirigée par le juge Trevidic sur l'attentat contre l'avion du président rwandais Habyarimana est catégorique : les missiles sont partis du camp de la Garde présidentielle. Avant ça, d'innombrables médias avaient pris pour argent comptant la thèse inverse, celle du juge Bruguière et du journaliste Pierre Péan, accusant le FPR d'avoir sciemment tué le président pour prendre le pouvoir, sans se soucier du risque de génocide qui s'en suivrait. Bien sûr, certains ont dit que la responsabilité éventuelle du FPR ne changeait rien à la planification de l'extermination des Tutsi. Mais Michel Sitbon fut, dès le départ, l'un des rares à écarter sans ambiguïté cette thèse et surtout a avoir mis en avant la piste française sur cet attentat. « Je tirais ma conviction de deux sources : l'une, positive, Colette Braeckman, véritable journaliste, elle, grande journaliste pourrait-on dire, dont j'ai tressé des éloges innombrables pendant des années, qui travaillait au Soir de Bruxelles ; elle avait simplement rapporté, le 17 juin 1994, un témoignage qui lui était parvenu d'un chef de milice de Kigali qui désignait comme auteurs du tir deux soldats français, dont l'un nommément... Le témoignage était crédible, et le fait que l'année ne se donne pas la peine de fournir un alibi pour celui ainsi désigné dans un média aussi légitime que ce grand quotidien belge me semblait suffisant pour avoir au moins une forte présomption en faveur de cette hypothèse jusque-là impensable. La deuxième pièce à conviction était un article de Stephen Smith, spécialiste du dossier à Libération, qui parut peu après, pour y répondre en quelque sorte ; là, c'était l'évidente mauvaise foi de sa démonstration qui, plus encore que la vraisemblable bonne foi des informations de Braeckman, m'a convaincu que les français avaient fait le coup ; pourquoi se fatiguer à monter des bobards aussi inconsistants - et non moins élaborés - si ce n'était parce qu'on avait quelque chose à cacher ? Il n'en reste pas moins que même avec les conclusions de Trevidic, on n'en est toujours pas à l'incrimination directe de l'armée française, et de Mitterrand, que je propose depuis le début ; on reconnaît simplement maintenant que la thèse inverse était bidon, et que ce serait le « camp hutu ». Or si cela est évident depuis longtemps, il reste la. question de savoir si ce « camp hutu » n'aura pas bénéficié du soutien technique des français... »

Fiche Technique

Paru le : 22/03/2012

Thématique : Politique internationale

Auteur(s) : Auteur : Michel Sitbon

Éditeur(s) : Aviso

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-84405-257-6

EAN13 : 9782844052575

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 151

Hauteur : 17 cm / Largeur : 11 cm

Épaisseur : 1 cm

Poids : 135 g