Chargement...
Chargement...

Les métropoles régionales intermédiaires en France : quelle attractivité ?

Auteur : France. Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires

Paru le : 15/06/2007
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Travaux Datar, n° 5
Contributeur(s) : Rédacteur / Rapporteur : Gérard-François Dumont - Collaborateur : Laurent Chalard - Collaborateur : Population & avenir (périodique)

12,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Etude de l'attractivité des métropoles intermédiaires, comprises entre 200.000 et 500.000 habitants, se caractérisant par des fonctions économiques dont le niveau ne présente pas un rayonnement transnational. Comparaison de 7 capitales régionales : Caen, Clermont-Ferrand, Dijon, Metz, Montpellier, Orléans et Rennes entre 1990 et 1999, à partir de critères relatifs à la population et à l'emploi. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

En complément des travaux entrepris et publiés par la DIACT sur les villes européennes, les pôles et métropoles et les villes moyennes, l'étude confiée au professeur Gérard-François Dumont, professeur à la Sorbonne, a pour objet de comparer l'attractivité des métropoles régionales intermédiaires. Unités urbaines comprises entre 200 000 et 500 000 habitants, elles se caractérisent par des fonctions économiques dont le niveau ne présente pas un important rayonnement transnational, mais disposent néanmoins de nombreux atouts, leur taille limitant, par exemple, les déséconomies d'agglomération. Pour garantir la pertinence de son étude, l'auteur a retenu des métropoles intermédiaires comparables, soit 7 capitales régionales : Caen, Clermont-Ferrand, Dijon, Metz, Montpellier, Orléans et Rennes. Leur attractivité a été comparée, entre 1990 et 1999, à partir de 7 critères relatifs à la population et à l'emploi, tant à l'échelle de l'unité urbaine qu'à celle de la ville-centre. Il en ressort une hiérarchie claire. La métropole la plus attractive à l'échelle de l'unité urbaine est Montpellier et à l'échelle de la commune-centre Orléans. Plusieurs facteurs expliquent ce classement. Les métropoles qui ont investi dans l'innovation sont plus attractives que celles où persistent des activités industrielles traditionnelles. De même sont mieux classées celles dont l'économie est diversifiée et qui ont valorisé leurs réseaux de transport. La manière dont la métropole exerce ses fonctions de capitale régionale entre également en ligne de compte. Pour Gérard-François Dumont, cette étude constitue une première étape dans la compréhension de l'attractivité des métropoles régionales intermédiaires, maillon essentiel de l'organisation territoriale de notre pays.

Fiche Technique

Paru le : 15/06/2007

Thématique : Risques et pollutions

Auteur(s) : Auteur : France. Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires

Éditeur(s) : La Documentation française

Collection(s) : Travaux Datar, n° 5

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-11-006695-4

EAN13 : 9782110066954

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 88

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 0,4 cm

Poids : 216 g