Chargement...
Chargement...

La querelle de la sécularisation : théologie politique et philosophies de l'histoire de Hegel à Blumenberg

Auteur : Jean-Claude Monod

Paru le : 16/09/2002
Éditeur(s) : Vrin
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

35,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Etudie, chez les philosophes allemands, le rapport entre religion et histoire. Les Temps modernes sont-ils sortis du religieux, dans le sens où le monde occidental se serait affranchi de la religion ou sont-ils simplement un prolongement du religieux, une adaptation des concepts et valeurs religieux ? ©Electre 2018

Quatrième de couverture

L'un des traits communément cités comme distinctifs des Temps Modernes est la «sécularisation». Or ce concept, que la pensée allemande, de Hegel à Weber, a constitué en instrument majeur d'interprétation de l'histoire occidentale, est marqué par une profonde ambivalence : s'il peut recouvrir l'idée d'un déclin du religieux comme «secteur dominant» de la vie sociale, il peut aussi bien viser un mouvement de transformation ou de «transfert» de schèmes, de valeurs ou de concepts religieux ou théologiques au plan «mondain». Selon la perspective adoptée, la physionomie des Temps Modernes s'en trouve changée : la prétention à fournir à la pensée et à l'action des fondements neufs et rationnels n'est-elle pas compromise, s'il s'avère que le contenu essentiel des représentations modernes n'est rien d'autre qu'un ensemble d'héritages judéo-chrétiens sécularisés ? En mettant au jour la fonction polémique cachée de cette catégorie de la sécularisation, Hans Blumenberg a provoqué dans la pensée contemporaine une vaste discussion. Ainsi, faut-il croire (avec Karl Löwith) que les philosophies de l'Histoire occidentales, et jusqu'à l'idée de Progrès, ne sont que des avatars de «l'Histoire sacrée» judéo-chrétienne ? Doit-on admettre, suivant la «théologie politique» de Carl Schmitt, que les concepts-clés de la théorie moderne de l'Etat ne seraient que des concepts théologiques sécularisés ? Comment faire la part des héritages dans les Temps Modernes, en refusant ainsi l'image mythique d'un «commencement absolu», sans pour autant nier les ruptures historiques et sans délégitimer le projet d'émancipation ?

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Faire l'histoire ? L'action historique en question

C'est le passionnant thème qu'ont choisi d'aborder Bruce Bégout et Christophe Bouton en compagnie de Jean-François Courtine (Paris-IV/Archives Husserl), Marc Crépon, Marc de Launay et Jean-Claude Monod (CNRS/Archives Husserl) ce mercredi 26 novembre à l'université Bordeaux 3.

Fiche Technique

Paru le : 16/09/2002

Thématique : Textes des Philosophes

Auteur(s) : Auteur : Jean-Claude Monod

Éditeur(s) : Vrin

Collection(s) : Problèmes et controverses

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7116-1567-7

EAN13 : 9782711615674

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 317

Hauteur : 14 cm / Largeur : 22 cm

Épaisseur : 2 cm

Poids : 450 g