Chargement...
Chargement...

La pureté de sang en Espagne : du lignage à la race

Paru le : 06/06/2011
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Iberica, n° 23
Contributeur(s) : Directeur de publication : Raphaël Carrasco - Directeur de publication : Annie Molinié-Bertrand - Directeur de publication : Béatrice Perez - Préfacier : Georges Molinié

25,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Ces études analysent la stratification raciale de la société espagnole à l'époque moderne. Désavouée par les cercles religieux, la pureté du sang se déploie comme un prérequis nécessaire à la promotion sociale, alimentant le mythe d'une hiérarchie sociale concurrente à la hiérarchie nobiliaire, en excluant des charges d'honneur les chrétiens issus des conversions de Juifs et de Maures. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Iberica 23 La pureté de sang, la stratification raciale de la société espagnole à l'Époque moderne, tel un thème lancinant, affleure comme le nécessaire substrat dont l'ignorance condamnerait à n'appréhender qu'imparfaitement l'idéologie de la Monarchie catholique. Si l'on a pu croire que l'exaltation d'un sang « pur de toute macule de sang juif ou maure » (selon l'expression consacrée au XVIe siècle) avait comme but originel celui de mieux appréhender le peuple de Dieu en séparant les vieux-chrétiens des nouveaux-chrétiens, la revendication très vite se double d'un ostracisme racial virulent. Loin d'être cautionnée par les cercles religieux - qui dénoncent la division schismatique d'un peuple uni par le baptême -, la pureté de sang s'impose comme le prérequis nécessaire à toute promotion sociale. Dès lors, elle favorise le mythe d'une nouvelle hiérarchie sociale concurrente de la hiérarchie nobiliaire en entérinant l'idée que le roturier, vil par naissance, peut être dépositaire d'un honneur sans égal : celui que confère un sang épuré, seul générateur de dignité publique. Tandis que la névrose pour le sang alimente, dans les autres pays européens des débats féconds sur la « race noble », « la pureté du sang [royal] », elle s'incarne, en Espagne, dans des statuts de « pureté de sang » excluant des charges d'honneur - en théorie du moins - les chrétiens issus des nombreuses conversions de juifs et de maures. Des conceptions politiques qui induisent le mythe d'une Espagne championne de la cause catholique à celles, biologiques, récusant les nourrices conversas par crainte de la contamination qui pourrait s'ensuivre, ce sont toutes les strates de la société espagnole qui se trouvent ébranlées par ce préjugé du sang. La pureté de sang fut autant une affaire de raison politique que de pouvoir au coeur de la cité, affectant les collèges, les corporations, les ordres et les consciences ; elle fut aussi une affaire de réputation et de scandale, l'affaire d'un mythe supportant la construction d'une « Répública de hombres encantados ».

Fiche Technique

Paru le : 06/06/2011

Thématique : Questions de société / témoignages

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Presses de l'Université Paris-Sorbonne

Collection(s) : Iberica, n° 23

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-84050-756-0

EAN13 : 9782840507567

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 444

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 2,5 cm

Poids : 810 g