Chargement...
Chargement...

La Révolution française dans l'infortune de la finance

Auteur : Philippe Riviale

Paru le : 03/01/2014
Éditeur(s) : L'Harmattan
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

38,50 €
Expedié sous 10 à 15 jours (sous réserve de confirmation)
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
pdf
28,88 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

Grâce à l'analyse des documents, des écrits et des discours de cette période, l'auteur démontre que la Révolution française n'a pu aboutir à l'abolition de l'asservissement du peuple à toutes les formes de pouvoir. Il en explore les raisons et les conséquences. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

La Révolution française dans l'infortune de la finance Comment la Révolution, commencée en 1789 par un acte d'abolition de la tyrannie et le serment de donner à la France une constitution, en arriva-t-elle à dégénérer, à produire une nouvelle aristocratie, à faire rentrer dans sa misère le peuple souverain ? Les débats d'idées tiennent une grande place dans les lectures de cette Révolution ; les effets émergents, les projets avortés de la raison constructiviste, les excès en tous genres et, bien sûr, la tyrannie de Robespierre sont au coeur de la lecture canonique depuis la révolution furétienne. Oublions ces sottises et cherchons dans les documents, les écrits, les discours ; dans les principes mis en avant et les pratiques qui les contredirent ; dans les mensonges des démagogues, les erreurs d'honnêtes incompétences ; dans les promesses impossibles à tenir, d'honorer toutes les dettes de l'Ancien Régime, de racheter tous les offices et revenus obtenus jadis par faveur et à peu de frais ; dans l'impérieuse nécessité de fonder un moyen de paiement, un organisme central de comptabilité, là où les comités locaux suppléèrent sans méthode aux caissiers à façon aux comptes invérifiables, aux épices et tours de passe-passe ; dans l'affrontement d'hommes intègres, qui ne se comprirent pas (Robespierre et Cambon) ; dans l'opposition entre initiative du peuple et mise en place d'un système monétaire et financier ; tout cela combattu, dans le silence des affaires d'abord, puis, après Thermidor, dans la revendication de la liberté d'entreprendre, de commercer, de faire de la finance à compte privé. La Révolution, qu'on a dite perdue par l'irruption du peuple sur la scène publique, fut gangrénée par tous ceux qui n'y virent et n'y trouvèrent que moyens de fortune. Et c'est encore au nom de la Nation, de la Patrie, de l'unité même, que la monnaie, après Thermidor, fut dégradée, puis liquidée ; les finances laissées dans le désordre d'agents infidèles, couverts ou dénoncés par des dirigeants corrompus. Désordre bénin ; la guerre de conquête devait tout régler. Alors vint le nouveau despote.

Fiche Technique

Paru le : 03/01/2014

Thématique : Révolution Française

Auteur(s) : Auteur : Philippe Riviale

Éditeur(s) : L'Harmattan

Collection(s) : A la recherche des sciences sociales

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-343-02325-5

EAN13 : 9782343023250

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 384

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 590 g