Chargement...
Chargement...

L'interface France-Iran 1907-1938 : une diplomatie voilée

Auteur : Mariam Habibi

Paru le : 15/09/2004
Éditeur(s) : L'Harmattan
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Directeur de publication : Henry Panhuys - Préfacier : Pierre Milza

32,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
pdf
24,00 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

L'Iran n'a longtemps constitué qu'un pion secondaire dans la stratégie du Quai d'Orsay. Il fallut attendre les années trente pour que, avec la montée en force de l'Allemagne hitlérienne, les gouvernements français se résolvent à lui donner une place plus importante. C'est l'histoire de cette mutation diplomatique qui est ici racontée. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Durant la période 1907-1938, la question persane a été le reflet et l'instrument de la politique étrangère de la France. Une approche traditionnelle aurait mis l'accent sur la prédominance des intérêts économiques dans les relations entre une grande puissance telle que la France et un pays sous-développé comme l'Iran. L'analyse minutieuse de Mariam Habibi, fondée sur un dépouillement des archives françaises, démontre à l'inverse que, pendant toute cette période, la position de la France à l'égard de l'Iran a été soumise à des considérations de politique internationale. Son désintéressement apparent, notamment au plan pétrolier, la continuité de son influence culturelle y ont été le voile dissimulant les impératifs d'une diplomatie définie et appliquée au plus haut niveau, selon des modalités successives, par le Quai d'Orsay. Trois étapes sont distinguées. La première faisant suite à l'accord anglo-russe de 1907, qui, jusqu'à 1914, permet à la France de jouer un rôle efficace de médiateur, se soldant par la signature en septembre 1914 d'un engagement anglo-franco-russe dans la poursuite de la Grande Guerre. La seconde, de 1914 à 1925, qui fut mise à profit par la France pour faire obstacle à l'emprise des Britanniques sur la Perse en lui ouvrant du même coup les possibilités de négocier le partage du monde ailleurs. La troisième enfin, de 1925 à 1938, laquelle en dépit des humiliations subies de la part du souverain iranien, Rezâ Châh, conféra à la France, et non à l'Allemagne, le privilège de former les cadres de l'armée iranienne. Sous des apparences altruistes, la France réalisait par là ses objectifs politiquement stratégiques: d'abord la survie de la Triple Entente, ensuite le maintien de l'autonomie persane face aux tentatives de mainmise extérieure, enfin, l'empêchement d'une pénétration allemande. Les décisions successives prises par le Quai d'Orsay correspondaient ainsi aux intérêts globaux de la France, et non aux intérêts régionaux de l'Iran. C'est pourquoi l'amitié persane fut sacrifiée sur l'autel des intérêts européens de la France tandis que son influence culturelle fut l'expression d'un impérialisme aux intérêts négatifs. Henry Panhuys Couverture: Dessin: Karim Habibi-Morshed Graphique: Richard Holloway Collection Économie Plurielle Dirigée par Henry Panhuys et Hassan Zaoual

Fiche Technique

Paru le : 15/09/2004

Thématique : Histoire contemporaine générale

Auteur(s) : Auteur : Mariam Habibi

Éditeur(s) : L'Harmattan

Collection(s) : Economie plurielle. Histoires et politiques

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7475-6712-5

EAN13 : 9782747567121

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 408

Hauteur : 22 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 445 g