Chargement...
Chargement...

L'orientalisme des saint-simoniens

Paru le : 16/11/2006
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Directeur de publication : Michel Levallois - Directeur de publication : Sarga Moussa

32,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Issu d'un colloque, ce livre tente d'embrasser le mouvement saint-simonien, non seulement à son apogée (autour de 1830) mais aussi en amont, en le situant dans le contexte de l'orientalisme naissant, et en aval, au moment où le mouvement, officiellement dissous, se survit à lui-même à travers des réseaux et des amitiés. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Depuis la critique sévère formulée par Edward Saïd, le «discours orientaliste» est accusé d'avoir légitimé un système de domination de l'Orient par l'Occident, en particulier au XIXe siècle, époque d'expansion des empires français et anglais. Mais cette théorie a elle-même été soumise à la critique, et, malgré l'importance du débat qu'elle a suscité, et dont il faut reconnaître le caractère salutaire, son degré de généralité apparaît de plus en plus problématique. Le colloque «L'orientalisme des saint-simoniens» (Institut du Monde Arabe, 26-27 novembre 2004) a voulu examiner, en faisant dialoguer historiens, littéraires et historiens de l'art, le rôle spécifique des saint-simoniens dans cette question de l'orientalisme, - mot entendu au sens où Hugo parlait, dans la préface des Orientales (1829), d'une «préoccupation générale» pour les choses de l'Orient. Le désir d'unir l'Orient et l'Occident, exprimé de manière récurrente par les compagnons de Prosper Enfantin, notamment par Michel Chevalier, Émile Barrault et Ismaÿl Urbain, doit être évalué également comme une pratique, dans la mesure où nombre de saint-si-moniens ont séjourné plusieurs années en Égypte, à partir des années 1830, et en Algérie, dans les années 1840 et sous le Second Empire. À la fois sujets et «objets», souvent transformés eux-mêmes par un Orient ou un Maghreb qu'ils voulaient mettre sur la voie du progrès, les saint-simoniens, malgré l'implication inévitable de certains d'entre eux dans la colonisation (mais qui était véritablement anti-colonialiste au XIXe siècle ?), ont su témoigner d'une véritable ouverture à l'autre. Cette position, qui trouve des échos dans la littérature romantique, et qui a marqué une distance par rapport à toutes les formes de rejet (ethnique, religieux, culturel...), conserve tout son intérêt aujourd'hui. Michel Levallois et Sarga Moussa

Fiche Technique

Paru le : 16/11/2006

Thématique : Histoire contemporaine générale

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Maisonneuve et Larose

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7068-1950-2

EAN13 : 9782706819506

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 294

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 1,6 cm

Poids : 485 g