Chargement...
Chargement...

Une singulière famille : Jacques, Suzanne Necker et Germaine de Staël, 1732-1792

Auteur : Jean-Denis Bredin

Paru le : 07/04/1999
Éditeur(s) : Fayard
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

23,40 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Le destin d'une famille réunissant une somme exceptionnelle de talents et de dons : le banquier protestant genevois Necker, homme de science, écrivain et homme d'Etat (1732-1804) ; sa femme Suzanne, qui tint le dernier grand salon de l'Ancien Régime ; sa fille Germaine, écrivain politique et essayiste qui acclimata le romantisme et le libéralisme en France. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

"Tous trois à genoux, en constante adoration les uns des autres." Ainsi Napoléon Ier a-t-il décrit Jacques et Suzanne Necker et leur fille Germaine, les yeux évidemment fixés sur cette insupportable Madame de Staël qu'il poursuivit de sa haine. Celle-ci a revendiqué hautement cette "adoration familiale" : "Je laisserai donc dire à qui se plaira dans cette observation bien gaie à côté de la mort que nous sommes une famille qui nous louons les uns les autres. Oui, nous nous sommes aimés, nous avons eu besoin de le dire, et, dédaignant de jamais repousser les attaques de nos ennemis, de faire usage de notre talent contre eux, nous leur avons opposé un ferme sentiment d'élévation et de fierté." "Singulière famille que la nôtre", assurait de son côté Jacques Necker, et sa fille ajoutait : "Singulière peut-être, mais qu'il lui soit permis de rester telle ; la foule ne se presse pas dans la voie qu'elle a choisie." C'est cette fière famille que ce livre évoque. Jacques Necker, trois fois ministre de Louis XVI - et deux fois congédié -, idolâtré par les Français en juillet 1789 parce qu'il leur semblait le symbole de la liberté, est entré dans l'histoire, exalté par les uns, vilipendé par les autres. Sa femme Suzanne, qui tint avant la Révolution un salon très influent et fonda l'hôpital qui porte toujours son nom, fut une épouse dévouée corps et âme à l'homme qu'elle adorait, et la mère trop rigide d'une fille trop douée. Quant à Germaine, elle a conquis la gloire par son œuvre littéraire, par ses amours, par son courage, par cette exaltation du cœur et de l'esprit dont elle demeure un extraordinaire exemple. Tous trois, ils ont vécu la plume à la main. Tous trois ont eu le culte de la vertu, même s'ils ne l'ont pas toujours vue de la même façon. Tous trois ont aimé Dieu, l'amour, l'amitié, la liberté - qui ne devait, pour eux, jamais se séparer de la modération - et encore la mélancolie et le désespoir et aussi toutes les images de la mort. Tous trois se prêtèrent mutuellement du génie. Tous trois, ils ont rêvé d'incarner la noblesse de l'âme et la grandeur de l'esprit. J.-D. B.

Fiche Technique

Paru le : 07/04/1999

Thématique : Autres biographies

Auteur(s) : Auteur : Jean-Denis Bredin

Éditeur(s) : Fayard

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-213-60280-8

EAN13 : 9782213602806

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 500

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 767 g