Chargement...
Chargement...

Jeanne d'Arc, sainte ou sorcière

Auteur : Laurent Hablot

Paru le : 09/02/2012
Éditeur(s) : Le Figaro
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Le Figaro (périodique) - Préfacier : Max Gallo

9,90 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Grâce à de nombreuses illustrations et à des textes historiques de référence cet ouvrage présente l'histoire de Jeanne d'Arc qui reste, encore aujourd'hui, une singulière héroïne de l'histoire de France. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Jeanne d'Arc Sainte ou sorcière Et si Jeanne d'Arc, « la bonne Lorraine / Qu'Anglais brûlèrent à Rouen » était l'un des personnages les plus importants de notre histoire ? Le 16 mai 1920, Jeanne est canonisée et le gouvernement décrète que « la République française célébrera annuellement, le 8 mai, la fête de Jeanne d'Arc, fête du patriotisme ». Cette unanimité n'est qu'apparente. Si on n'ose plus écrire comme l'a fait Voltaire dans sa Pucelle (1672) que Jeanne est « une idiote hardie qui se croyait une inspirée », elle dérange. Elle ne se laisse pas annexer à un camp. Sainte ? Mais brûlée vive par l'Inquisition. Fille du peuple ? Mais elle écoute Dieu et s'agenouille devant le Dauphin. Patriote ? Mais icône de la droite nationaliste (Charles Maurras). On la célèbre donc timidement : la nation a mauvaise presse parmi les élites - historiens et politiciens. Que faire d'elle, qu'on ne peut réduire à un jugement sommaire ? C'est Michelet qui a le mieux exprimé la singularité de la plus grande des héroïnes nationales. « Elle est la simple fille des campagnes, du pauvre peuple de France car il y eut un peuple, il y eut une France... En elle apparurent à la fois la Vierge et déjà la Patrie », écrit-il. On peut récuser le romantisme de Michelet. Il reste qu'au moment peut-être le plus dramatique de l'histoire de France, quand s'entrelacent guerre civile et guerre étrangère, une inconnue a surgi et a conduit le Roi à Reims. « Vivante énigme, mystérieuse créature » écrit Michelet de la Pucelle. C'est « Jeanne la bonne Lorraine / Qu'Anglais brûlèrent à Rouen ». Elle avait 19 ans. Quand on oublie de la célébrer, c'est que la France doute d elle-même.

Fiche Technique

Paru le : 09/02/2012

Thématique : Autres biographies

Auteur(s) : Auteur : Laurent Hablot

Éditeur(s) : Le Figaro

Collection(s) : Ils ont fait la France, n° 3

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-8105-0413-X

EAN13 : 9782810504138

Format : Non précisé.

Reliure : Relié sous étui

Pages : 379

Hauteur : 21 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 3,7 cm

Poids : 522 g