Chargement...
Chargement...

La destruction des juifs d'Europe

Auteur : Raul Hilberg

Paru le : 24/10/2007
Éditeur(s) : Fayard
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Traducteur : Marie-France de Paloméra - Traducteur : André Charpentier

81,20 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

R. Hilberg (1926-2007) décrit le génocide comme un fait historique dont il analyse le processus avec les procédures de l'historien. Il distingue les étapes et définit les structures de la destruction : la définition des victimes par décret, l'expropriation, les opérations mobiles de tuerie, les déportations, les centres de mise à mort... ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Il est de très grands ouvrages que les lecteurs n'appellent plus par leur titre, mais par le nom de leur auteur. Le Hilberg est de ces quelques-là. Il s'agit, il est vrai, de l'ouvrage de référence sur le génocide. Raul Hilberg n'a pas voulu traiter seulement de la dimension éthique de la Catastrophe : "indicible", "innommable", "passage à la limite de l'humanité", a-t-on répété, le génocide est d'abord - on l'oublie trop souvent - un fait historique. En cela il est justiciable des procédures qu'applique l'historien à ses objets d'études. La Destruction des juifs d'Europe est le premier grand livre qui explique exhaustivement le comment de la Solution finale, sans prétendre pouvoir définitivement comprendre le pourquoi - qui le pourra jamais ? - de la volonté qu'eurent des hommes de détruire jusqu'aux cadavres, à la langue et à la mémoire d'autres hommes. Le génocide - unique dans l'histoire par son caractère systématique - fut l'oeuvre de toute une société moderne et industrielle, mobilisant spécialistes, comptables, juristes, ingénieurs, médecins, fonctionnaires, policiers et soldats, - tous ancrés, à leurs divers niveaux, dans les habitudes d'ordre, de respect de la hiérarchie et de souci de l'efficacité -, pour conduire sans grands heurts le mécanisme de la Solution finale. Les étapes majeures en furent les décrets définissant le terme "Juif", l'expropriation des biens juifs, la séparation et l'isolement physique des victimes, le travail forcé, la déportation, les chambres à gaz. Aucun élément organisé de la société allemande - bureaucratie, ministères, forces armées, Parti, industrie, services publics - ne demeura jamais complètement étranger ni extérieur au processus de destruction. Le génocide, ce n'est pas la banalité du mal, mais sa quotidienneté routinière : chacun, à son échelon, appliqua les procédures normales à une situation exceptionnelle, déployant machinalement, ou par amour du travail bien fait, des trésors d'ingéniosité pour définir, classer, transporter, comme si rien - malgré la volonté de camouflage par le vocabulaire - ne distinguait la Solution finale des affaires courantes. Le génocide demeure, en fin de compte, un fait éminemment humain, terrible manifestation de ce qu'à l'extrême la société des hommes peut commettre et de ce que l'homme peut accepter. N'était la nature chaque jour plus galvaudée du qualificatif, nous n'aurions pas hésité à dire de la publication en langue française de la version intégrale de cet ouvrage, augmentée de substantiels ajouts et compléments par l'auteur, qu'elle constitue un véritable événement.

Fiche Technique

Paru le : 24/10/2007

Thématique : Histoire du monde - Généralités

Auteur(s) : Auteur : Raul Hilberg

Éditeur(s) : Fayard

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-213-63603-6

EAN13 : 9782213636030

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 1099

Hauteur : 25 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 1215 g