Chargement...
Chargement...

L'effort de guerre américain : 1941-1945

Auteur : Bernard Crochet

Paru le : 13/10/2008
Éditeur(s) : Hirlé
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

30,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Entre 1939 et 1945 les Etats-Unis sont devenus, selon le mot du président Roosevelt, l'arsenal des démocraties. Ils ont livré des avions, des armements, des chars, des camions, mais aussi le chewing gum, le coca-cola, les bas nylon... Panorama illustré d'un effort de guerre qui ne négligeait pas le superflu... ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Entre 1939 et 1945, les Etats-Unis ont accompli un effort de guerre colossal. Par son ampleur et sa diversité, il reste inégalé dans l'histoire. La plupart des acteurs du conflit ont dû faire des choix, c'est-à-dire renoncer totalement ou partiellement à fabriquer certains produits. Ainsi, l'Allemagne s'est concentrée sur les sous-marins, les blindés, la DCA et quelques modèles d'avions. L'U.R.S.S. a sacrifié la construction navale à la fabrication des chars, des canons et des mortiers, des armes légères. L'Amérique n'a pas été confrontée à l'alternative entre le beurre et les canons. Elle a pu fournir en masse, surtout entre 1943 et 1945, pratiquement tout ce qui était nécessaire au conflit, et même le superflu comme le chewing-gum, le Coca-Cola et les bas nylon. Pour ses forces armées, mais aussi pour tous ses alliés. Devenant ainsi, selon le mot du président Roosevelt, « l'arsenal des démocraties ». Cet arsenal a fourni plus de 50 % des armements de la coalition contre l'Allemagne et ses satellites, l'Italie et le Japon. En moins de cinq ans, l'industrie américaine a réussi des performances exceptionnelles. Il a fallu en très peu de temps édifier des usines et des chantiers navals gigantesques pour satisfaire des besoins de plus en plus colossaux dans des délais très rapides. Les chantiers Kaiser de Richmond et Swan Island (Californie), Portland (Oregon) et Vancouver (Washington) par exemple couvraient des dizaines d'hectares et employaient plusieurs dizaines de milliers de personnes. Les usines Consolidated de Fort Worth s'étendaient sur plus d'un kilomètre et livraient par semaine plusieurs dizaines de bombardiers lourds B-24 Liberator. Rien ne semblait impossible. Et pourtant, il fallait affronter au quotidien une montagne de problèmes d'une complexité effarante. Avec une main-d'oeuvre en majorité nouvelle, formée à la va-vite en quelques semaines, dont des millions de femmes qui n'avaient aucune expérience du travail en usine, dans les secteurs des industries lourdes, de l'armement, de la construction navale et de l'aéronautique en particulier. L'esprit d'émulation, le sens de l'organisation des Américains ont fait merveille, associés à la puissance financière, technologique et industrielle des entreprises. Il n'y a pas eu de miracle, même si cela y ressemble. La standardisation et la préfabrication à outrance ont permis d'écourter de façon spectaculaire les délais de fabrication : en 1944, il ne fallait plus que 19 000 heures pour fabriquer un bombardier lourd Boeing B-17 au lieu de 55 000 heures en 1941. Cette extraordinaire aventure industrielle, technologique et scientifique a été peu évoquée en France dans son ensemble depuis 1945 : c'est pourquoi Bernard Crochet a voulu rappeler ces faits dans son ouvrage.

Fiche Technique

Paru le : 13/10/2008

Thématique : Histoire du monde - Généralités

Auteur(s) : Auteur : Bernard Crochet

Éditeur(s) : Hirlé

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-914729-73-1

EAN13 : 9782914729734

Format : Non précisé.

Reliure : Relié

Pages : 179

Hauteur : 28 cm / Largeur : 23 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 1150 g