Chargement...
Chargement...

Aux origines d'une science allemande de la culture : linguistique et psychologie des peuples chez Heymann Steinthal

Auteur : Céline Trautmann-Waller

Paru le : 29/06/2006
Éditeur(s) : CNRS Editions
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : De l'Allemagne
Contributeur(s) : Non précisé.

28,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

H. Steinthal (1823-1899), fondateur de la psychologie des peuples, est une figure de l'histoire intellectuelle du XIXe siècle allemand. L'ouvrage aborde l'histoire de l'Université de Berlin et les sociabilités berlinoises, l'humboldtisme, les milieux scientifiques parisiens autour de 1850, la philologie, la psychologie et les sciences sociales émergentes, la querelle de l'antisémitisme, etc. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

La genèse des sciences humaines et sociales modernes constitue un des aspects essentiels de l'histoire intellectuelle du XIXe siècle allemand. Linguiste, anthropologue et philosophe profondément influencé par Wilhelm von Humboldt, Heymann Steinthal (1823-1899) y contribua de manière décisive en cherchant à établir, en linguistique, une méthode objective et positive et à étendre cette dernière à la vie culturelle et sociale en général. Ainsi c'est une véritable science de la culture qu'esquisse la célèbre Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft, fondée à Berlin en 1859 par Heymann Steinthal et son ami Moritz Lazarus, et autour de laquelle se rassemblèrent philologues, linguistes, ethnologues et anthropologues, premiers statisticiens et futurs sociologues, psychologues et géographes, historiens du droit, de l'économie et de l'art. Cette revue visait une synthèse des savoirs qui permette de faire contrepoids à la spécialisation scientifique croissante en élaborant une science empirique des représentations collectives plus explicative que descriptive. Au-delà d'une interdisciplinarité scientifique, l'histoire de ce projet et des liens entre différents milieux berlinois qui le sous-tendirent exprime aussi les tensions d'une Allemagne partagée entre nationalisme et libéralisme, question sociale et unification, Bildung et antisémitisme. Redécouvrir cette psychologie des peuples, souvent négligée dans les biographies intellectuelles ou dans l'histoire des idées, permet de cerner les contours d'un lieu où se croisent les parcours du sociologue Georg Simmel et du néo-kantien Hermann Cohen, de l'islamologue Ignaz Goldziher et du fondateur de l'ethnologie berlinoise Adolf Bastian. C'est également comprendre un moment-clé de la transition entre différentes philosophies idéalistes et un concept de culture en voie de désontologisation, entre philologie classique et anthropologie culturelle moderne, entre «éducation du genre humain» et sociologie.

Fiche Technique

Paru le : 29/06/2006

Thématique : Textes de sociologues

Auteur(s) : Auteur : Céline Trautmann-Waller

Éditeur(s) : CNRS Editions

Collection(s) : De l'Allemagne

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-271-06435-X

EAN13 : 9782271064356

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 338

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 2,1 cm

Poids : 540 g