Chargement...
Chargement...

La démocratie assassinée : la République espagnole, 1931-1941

Auteur : Jean-François Berdah

Paru le : 01/10/2000
Éditeur(s) : Berg international
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

24,90 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

La République espagnole ne se résume pas à l'affrontement armé entre tenants de l'ordre ancien et partisans de la révolution. Les premières années de cette jeune démocratie, née en 1931, constituent une période de transformation profonde de la société espagnole, affectant aussi bien l'armée que le clergé, la bourgeoisie et la paysannerie. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

L'histoire de la seconde République espagnole, née en 1931, ne se résume pas à l'épisode tragique de la Guerre civile. En dépit de l'opposition des secteurs les plus conservateurs de la société, les dirigeants républicains ont voulu promouvoir une autre vision de l'Espagne, débarrassée de tous ses archaïsmes, et se sont efforcés d'enraciner de nouveaux idéaux dans la conscience populaire. Une orientation nouvelle fut ainsi donnée à la politique étrangère du pays, jusqu'alors incapable de défendre une ligne de conduite véritablement indépendante des grandes puissances. La République se dota d'une constitution résolument moderne, qui intégrait les préceptes de la Société des Nations. Bénéficiant d'un prestige considérable hors de ses frontières et désirant jouer un rôle actif en faveur de la paix mondiale, elle se trouva confrontée, de façon intense et directe, aux grandes questions internationales, dans un contexte de tensions et de crise marqué par l'agression japonaise en Mandchourie et l'invasion de l'Ethiopie par les forces italiennes. Le pacifisme et l'humanisme de la République espagnole heurtèrent de front les intérêts égoïstes des grandes puissances européennes, tandis que sa légitimité était contestée par les forces les plus réactionnaires de «l'ancienne Espagne», dont les propriétaires terriens et l'Eglise. Son engagement généreux en faveur de la paix internationale ne lui fut d'aucun secours au moment de faire valoir son droit légitime à assurer sa défense contre l'agression des forces franquistes, aidées par l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste. Au nom de la non-intervention, les grandes démocraties, particulièrement l'Angleterre, fermèrent les yeux sur l'action des puissances de l'Axe, tandis que la France de Léon Blum accordait une aide militaire discrète à la République et permettait le passage des Brigades internationales par ses frontières. L'écrasement de la République espagnole, avec son lot de drames, dont le bombardement de Guernica par l'armée allemande, marqua la faillite collective de l'idéal démocratique né dans les années 1930. La conclusion de la guerre d'Espagne signifia non seulement la fin des espérances nées de la Société des Nations, mais aussi l'annonce de nouveaux affrontements pour la domination du monde. Cet ouvrage vivant et documenté constitue une somme sans équivalent sur l'histoire jusqu'alors peu connue de la seconde République espagnole.

Fiche Technique

Paru le : 01/10/2000

Thématique : Espagne

Auteur(s) : Auteur : Jean-François Berdah

Éditeur(s) : Berg international

Collection(s) : Ecritures de l'histoire

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-911289-25-0

EAN13 : 9782911289255

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 512

Hauteur : 17 cm / Largeur : 25 cm

Épaisseur : 3,0 cm

Poids : 800 g