Chargement...
Chargement...

Urbaphobie ou La détestation de la ville aux XIXe et XXe siècles : actes du colloque réuni à Paris 12, Val de Marne, les 8 et 9 mars 2007

Paru le : 15/12/2009
Éditeur(s) : Bière
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Directeur de publication : Arnaud Baubérot - Directeur de publication : Florence Bourillon - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Institut Jean-Baptiste Say (Créteil)

34,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Les intervenants examinent les incidences des réactions de rejet suscitées par la ville moderne depuis son avènement à l'ère industrielle. Des études de textes littéraires, politiques et sociologiques permettent d'observer le renouvellement des pratiques sociales induites par les critiques portées à l'encontre de la ville, comme donnée majeure de la modernité occidentale. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Urbaphobie L'âge industriel marque le triomphe de la ville. En deux siècles, les dynamiques démographiques, économiques, sociales et culturelles font aboutir un processus de domination urbaine qui remodèle en profondeur le visage des sociétés occidentales. Mais à l'ombre des cités triomphantes se déploie une autre histoire moins connue : celle du rejet de la ville. « Gouffre de l'espèce humaine », où se perdent des contingents toujours plus nombreux de paysans déracinés, « pieuvre ardente » qui étend ses tentacules sur les campagnes, les images abondent pour exprimer la détestation de la ville. Territoire des miasmes pour les uns, temple du vice et de la corruption pour d'autres, la cité moderne apparaît comme un lieu mortifère - au propre comme au figuré - un vaste mouroir où agonisent tout à la fois l'homme et la civilisation. Cette urbaphobie inspire toute une gamme d'attitudes et de réalisations : stratégies d'adaptation ou programmes de réforme urbaine, fuite temporaire ou définitive loin des agglomérations. Rares sont pourtant ceux qui prônent leur destruction pure et simple. Ainsi, les remèdes aux maux de la ville confortent indirectement le fait urbain comme donnée majeure de la modernité occidentale. Plus encore, ils participent au renouvellement des pratiques sociales et de la pensée urbaine et, à ce titre, jouent un rôle actif dans la dynamique de transformation de la ville contemporaine. Finalement l'urbaphobie, à l'instar de toute réaction antimoderne, participe pleinement de la modernité qu'elle dénonce.

Fiche Technique

Paru le : 15/12/2009

Thématique : Aménagement du territoire

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Bière

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-85276-099-1

EAN13 : 9782852760998

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 351

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : - cm

Poids : - g